Cancun: Tokyo accusé de bloquer les débats

6 contributions
Publié le 2 décembre 2010.

CLIMAT - Le Japon veut abandonner le protocole de Kyoto…

Le protocole de Kyoto a beau être né au Japon, il n’a plus les faveurs de Tokyo. Les pays émergents et la Chine ont accusé mercredi le Japon de revenir sur sa promesse de poursuivre la lutte contre le réchauffement climatique au-delà de 2012, et ont estimé que la conférence de Cancun sur le climat échouerait si Tokyo ne se reprenait pas.

Le Japon, qui au terme du protocole de Kyoto est l'un des quelque 40 pays industrialisés à devoir réduire ses émissions de gaz à effet de serre d'ici à  2012, a fait savoir qu'il ne prolongerait pas ses efforts au-delà de cette date si des pays comme les Etats-Unis et la Chine ne s'y associaient pas.

Les Européens chargés de convaincre le Japon

«J'ai bien peur que sans concessions sur le protocole de Kyoto, un accord ne nous échappe à Cancun», a déclaré le Yéménite Abdoulla Alsaïdi, qui préside le groupe des 77 pays émergents et en développement. Il a dit son espoir de voir l'Union européenne, principal soutien du protocole de Kyoto aux côtés du Japon, persuader Tokyo d'assouplir sa position à la conférence.

«Nous avons bon espoir que les Européens convaincront nos bons amis les Japonais d'envisager d'accepter une prolongation des réductions d'émissions de GES, faute de quoi Cancun ne sera pas un succès», a-t-il déclaré en marge des discussions à la conférence internationale.

«Il n'y a pas de raison de prolonger Kyoto, a rétorqué le vice-ministre japonais de l'Environnement Hideki Minamikawa. Un accord plus large, mondial, est nécessaire parce que les pays qui ont ratifié le protocole de Kyoto ne représentent que seulement 27% des émissions de GES», a-t-il fait remarquer. Lorsqu'il avait été conclu en 1997, le protocole englobait 56% des émissions mondiales, y compris celles des Etats-Unis, qui n'ont par la suite jamais ratifié Kyoto.

Aucune décision claire sur le protocole de Kyoto

Christiana Figueres, secrétaire exécutive de la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques (CCNUCC), a souligné que le Japon avait fait des déclarations du même genre par le passé et a averti les participants qu'il ne fallait pas espérer une décision claire sur le sort du protocole de Kyoto lors de la conférence de Cancun.

De son côté, le Mexique, hôte de la conférence, presse les pays participants à s'entendre sur le meilleur accord possible, tout en reconnaissant qu'un texte contraignant semble hors de portée. «Chacun est favorable à une continuité de Kyoto. Ce dont nous devons être conscients, c'est que nous disposons d'un temps limité pour prendre des décisions, mais cette période s'achève en 2012, pas à la fin de la conférence de Cancun», a souligné l'ambassadeur mexicain chargé du climat.

avec Reuters
publicité
publicité
publicité
publicité
Les dernières contributions

Chargement des contributions en cours

Réagissez à cet article
Vous souhaitez contribuer ? Inscrivez- vous, ou .
Confirmer l'alerte de commentaire
Annuler
publicité
publicité
Se connecter avec Facebook
S'identifier sur 20minutes.fr