Le président de Volkswagen Group France, Thierry Lespiaucq, était auditionné ce mercredi par la commission des affaires économiques de l’Assemblée nationale. A cette occasion, la députée socialiste Delphine Batho est revenue sur le « dieselgate », accusant le constructeur automobile d’être à l’origine d’une « des plus grandes tricheries de l’histoire industrielle ».

>> A lire aussi : Après VW, Fiat et Renault, PSA soupçonné de fraude en France

La marque allemande est en effet accusée d’avoir utilisé un logiciel pour tromper les tests d’homologation aux émissions de gaz polluants de ses véhicules diesel..

« Il y a deux fois plus de victimes (dans cette affaire) en France qu’aux Etats-Unis. Votre groupe n’a dédommagé aucun consommateur français », a lancé Delphine Batho. « Votre groupe continue de nier la fraude qui a été commise », a-t-elle accusé.

« La fraude est arrivée aux Etats-Unis, pas en Europe. Les véhicules qui circulent respectent les normes », a argué Thierry Lespiaucq. « Les résultats de l’enquête diront la vérité », a-t-il conclu.