#Baslespailles: Et si on interdisait les pailles en plastique en France?

DECHETS Le plus souvent inutiles et malgré tout très néfastes pour l’environnement, les pailles figurent parmi les déchets les plus collectés sur les plages. Une pétition demande à la France de les interdire…

Fabrice Pouliquen

— 

Illustration d'une paille dans un verre.

Illustration d'une paille dans un verre. — Pixabay

  • Une pétition, intitulée #BasLesPailles, demande à la France d’interdire au plus vite les pailles en plastique à usage unique, de la même manière qu’elle a d’ores et déjà interdit les sacs en plastique.
  • La pétition approche les 50.000 signatures et sera prochainement remise à Nicolas Hulot. Seattle, aux Etats-Unis, et le Costa-Rica ont d’ores et déjà annoncé l’interdiction prochaine des pailles sur leurs territoires.
  • Objets souvent superflus dans le verre, les pailles ont en revanche un impact loin d’être anodin sur l’environnement. Petites, légères, elles figurent parmi les déchets les plus collectés sur les plages quand on ne les retrouve pas directement dans l’océan.

Deux pailles en plastique glissées d’office dans son verre commandé à la terrasse d’un café. Pour Mounia El Kotni, c’en était trop : « A-t-on vraiment besoin de pailles?, demande-t-elle. Une minorité oui, peut-être, pour des besoins médicaux, mais il existe alors des alternatives écologiques à la paille en plastique. Sinon, dans l’immense majorité des cas, la paille, c’est du superflu, une mode bien plus qu’une nécessité. »

Alors, en avril dernier, Mounia El Kotni, anthropologue de profession, a lancé #BasLesPailles, une pétition sur Change.org pour que la France fasse interdire les pailles en plastique à usage unique.

Un des déchets les plus collectés sur les plages

Car si elle est superflue, la paille est loin d’être anodine pour l’environnement. « C’est l’un de nos ennemis en effet, confirme Stéphane Latxague, directeur général de Surfrider foundation Europe, connue notamment pour ses opérations de ramassage des déchets sur les plages et autour des points d’eau. Les pailles remontent très haut dans le classement des détritus les plus ramassés chaque année. » (Voir graphique ci-dessous).

Graphique @Surfrider Fondation Europe
Graphique @Surfrider Fondation Europe - @Surfrider Fondation Europe

Il faut dire qu’elles cumulent de nombreux défauts. Petites, légères, à usage unique… « Elles sont rarement triées, estime Stéphane Latxague. "Au mieux", elles sont jetées à la poubelle avec les ordures ménagères et finissent brûlées, ce qui génère des gaz à effet de serre. Au pire, et c’est souvent le cas, elles atterrissent directement dans le caniveau ou dans la nature et, sous l’effet du ruissellement, finissent leur course dans l’océan. »

C’est alors l’un des déchets classiques que les oiseaux prennent par mégarde pour de la nourriture ou que les animaux marins ingurgitent facilement, d’autant qu’une fois dans l’océan, la paille se fragmente peu à peu en plusieurs morceaux.En septembre 2015, une vidéo dans laquelle deux scientifiques retiraient une paille en plastique du nez d’une tortue souffrante avait fait grand bruit sur la toile.

8,8 millions de pailles consommées dans les fast-foods français par jour

Il faut alors mettre en perspective l’impact écologique de ces pailles avec le nombre d’unité consommée chaque jour dans le monde. Ce nombre, justement, est difficile à évaluer. En juin dernier, Eco-cycle, une association américaine qui sensibilise au recyclage, estimait à 500 millions le nombre de pailles consommées par jour par les Américains. « De quoi remplir 46.400 bus scolaires de pailles chaque année », précise l’ONG.

Le cabinet d’études britannique Eunomia, à la demande de l’ONG Seas at risks, a aussi tenté d’estimer la consommation de divers plastiques à usage unique en Europe. L’étude a été publiée fin octobre. Pour les pailles, elle est partie du nombre de pailles fournies chaque jour dans les restaurants McDonalds de Grande-Bretagne. Soit 3,5 millions de pailles par jour. Ce chiffre, pris alors comme une moyenne, a été rapporté au nombre de restaurants McDonalds présents dans chaque pays de l’UE. « On en arrive à une estimation de 3,2 milliards de pailles consommées chaque année France rien que dans l’industrie du fast-food, indique Mounia El Kotni. Soit 8,8 millions de pailles par jour. Il faudrait aussi ajouter celles distribuées dans les bars et restaurants… »

Seattle passe à l’acte

Mounia El Kotni garde tout de même l’espoir de faire bouger les lignes. « Il y a de belles réussites à l’étranger. « La ville de Seattle (Etat de Washington) a lancé en septembre dernier une campagne de sensibilisation « Septembre sans paille » invitant les consommateurs à préciser qu’ils ne souhaitaient pas de paille dans leur verre, raconte-t-elle. Cette campagne préfigurait une loi que la ville veut voter l’an prochain et qui interdira les pailles en plastique dans les commerces vendant nourritures et boissons. »

Dès 2012, la ville de Miami (Floride) a aussi interdit les pailles aux restaurants situés en front de mer, indique de son côté la branche américaine de la Surfrider Fondation. « Nous menons en ce moment une campagne de sensibilisation dans la même veine sur la côte Pacifique américaine », précise Stéphane Latxague.

>> Lire aussi: Journée mondiale du recyclage: «Il y a de l’or dans nos poubelles»

De son côté, le Costa-Rica veut être le premier pays à bannir sur son territoire les objets en plastique à usage unique. Cette interdiction, qui comprend donc les pailles, est annoncée pour 2021. Et la France ? Elle ne part pas de zéro. Les sacs en plastiques sont interdits dans tous les commerces depuis juillet 2016. « Il en sera de même à partir de 2018 pour les coton-tiges en plastique, puis pour les assiettes ; les verres et les gobelets à compter de 2020 », rappelle Mounia El Kotni.

40.513 signatures déjà pour #Baslespailles

#Baslespailles demande donc d’élargir l’interdiction aux pailles. La pétition a bien progressé depuis sa mise en ligne en avril dernier. Le compteur affichait ce mercredi les 40.513 signatures. A 50.000, la pétition sera adressée à Nicolas Hulot, ministre de la transition écologique et solidaire.

Mounia El Kotni a bon espoir d’y parvenir avant la fin de l’année. En attendant, #Baslespailles, devenue désormais une association, ne reste pas inactive. Elle poste régulièrement sur les réseaux sociaux, participe à des événements et organise des conférences-débats autour du documentaire Straws [Paille en anglais], de la réalisatrice Linda Booker sur notre consommation irréfléchie de paille. « Ce jeudi soir, c’est à la Maison du zéro déchet à Paris… mais l’événement est déjà complet », précise Mounia El Kotni. Preuve que la cause fait mouche. « Quand je précise au serveur que je ne veux pas de paille, j’ai de plus en plus droit à un « Vous aussi ? » », sourit-elle. Un autre bon signe.

 

>> Et vous qu'en pensez-vous? Utilisez-vous régulièrement des pailles en plastique?  Faut-il les supprimmer également en France? Vous pouvez témoigner dans les commentaires ou envoyer un mail à contribution@20minutes.fr. Vos témoignages pourront servir à la rédaction d’un futur article.