Quand les carottes bio contiennent plus de pesticides que celles dites «classiques»

TESTS Les non-bio remportent le match des carottes aux pesticides et «éthiquement, ce n’est pas une bonne nouvelle», selon l’UFC Que Choisir...

C. Ape.

— 

Une botte de carottes

Une botte de carottes — MATTHIEU ALEXANDRE / AFP

Qui y a-t-il vraiment dans les carottes labélisées bio ? C’est la question que se sont posée des journalistes de France 3. La chaîne a donc procéder à des tests sur huit marques, quatre issues de l’agriculture conventionnelle et quatre certifiées biologiques.

>> A lire aussi : Leurs courgettes bio tachées sont recalées chez le fournisseur, des maraîchers en colère

Résultat, aucune trace de pesticides chez les carottes dites « classiques » de marque Leader Price et Carrefour. Chez les légumes venus de chez Lidl et d’un primeur, on trouve des traces « inférieures aux limites maximales autorisées ».

Les non-bio remportent le match

Sur les quatre marques bio, Carrefour, Naturalia et La Vie Claire n’ont rien à se reprocher. Mais les carottes venant de chez Bio c’Bon, on trouve « des résidus de trois produits phytosanitaires », « totalement interdits dans la culture biologique », explique France 3. Les « carottes non-bio achetées 89 centimes le kilo contiennent moins de résidus que ces carottes bio à 2,10 euros ».

>> A lire aussi : L’UFC-Que Choisir juge les prix des fruits et légumes bio très excessifs

Pour Bio c’Bon, contacté par France 3, « l’évolution de l’écosystème peut expliquer la présence de quantité infime de ces produits mais ne saurait remettre en cause la rigueur et le process biologique de nos producteurs. La qualification bio n’est donc pas susceptible d’être remise en cause », poursuit l’enseigne, sans plus de détails. Après les révélations de la chaîne, l’entreprise indique sur son site Internet avoir réalisé une contre-expertise par un laboratoire agréé : « Nous vous confirmons qu’aucune trace de pesticide n’a été trouvée sur nos carottes. »

Face à ces constatations, l’UFC Que Choisir a déclaré que si les taux sont trop faibles pour provoquer un problème de santé publique, « éthiquement, ce n’est pas une bonne nouvelle ».