VIDEO. Strasbourg: La géothermie profonde va permettre de chauffer 20.000 foyers

ENERGIES Avec le lancement du chantier d’une troisième centrale de géothermie profonde, l’Eurométropole compte parmi les agglomérations françaises où la part des énergies renouvelables est la plus importante…

Gilles Varela

— 

Chantier de la centrale de géothermie profonde d'Illkirch-Graffenstaden. Strasbourg le 09 10 2017. Lancer le diaporama

Chantier de la centrale de géothermie profonde d'Illkirch-Graffenstaden. Strasbourg le 09 10 2017. — G. Varela / 20 Minutes

  • Avec la « faille du Rhin », la région Alsace bénéficie en sous-sol d’un potentiel d’eau chaude exceptionnel.
  • En 2020, l'Eurométropole vise l'utilisation de 26 % d'énergies renouvelables dans sa consommation.

L’Alsace va-t-elle devenir « le Texas » des énergies renouvelables ? Pourquoi pas, car, question sous-sol, elle est plutôt bien lotie. Avec la « faille du Rhin », la région Alsace bénéficie en sous-sol d’un potentiel d’eau chaude exceptionnel et une structure qui permet la géothermie profonde. Pour faire simple, les Alsaciens ont sous leurs pieds, vers les 3.000 à 5.000 mètres de profondeur, une eau à très haute température (plus de 150 degrés). Une fois extraite, elle permet de créer de l’électricité mais aussi de chauffer habitations et bureaux. Une énergie renouvelable, locale, totalement décarbonée et qui pourrait assurer une certaine autonomie énergétique dans les décennies à venir.

Ce lundi matin, le chantier d'une nouvelle centrale de géothermie profonde a été officiellement lancée à Illkirch-Graffenstaden. La troisième centrale, après celle d’Eckbolsheim et de Vendenheim. Et les espérances sont grandes. A terme, la géothermie profonde avec ces trois centrales pourrait produire dans l’agglomération l’équivalent de la consommation électrique de 50.000 logements (hors chauffage) ou 20.000 foyers (avec le chauffage). Trois centrales auxquelles s’ajoutent (en Alsace du Nord) celles de Soultz-sous-Forêts et Rittershoffen, toutes deux déjà opérationnelles.

Centrale géothermie Illkirch-Graffenstaden. Strasbourg le 09 10 2017.
Centrale géothermie Illkirch-Graffenstaden. Strasbourg le 09 10 2017. - G. Varela / 20 Minutes

« Le sous-sol est sous-exploité »

« C’est une étape importante. De 14 % d’énergies renouvelables utilisées en 2014 dans l’agglomération, nous visons désormais les 26 % d’ici à 2020, se réjouit Alain Jund, vice-président de l’Eurométropole. Ce qui en fait l’une des agglomérations française où la part des énergies renouvelables est la plus importante. Et encore, le sous-sol est sous exploité. »

>> A lire aussi : «On s'oriente vers les puits de géothermie les plus sécurisés d'Europe»

Une énergie renouvelable, propre, qui pourrait être amenée à jouer un rôle primordial dans l’avenir car « c’est une énergie à bas coût et qui échappe aux fluctuations des énergies fossiles, a souligné Robert Herrmann, président de l’Eurométropole. D’ailleurs, une fois la centrale d’Illkirch terminée en 2020, il y en aura certainement d’autres en Alsace car c’est une opportunité écologique et énergétique. »

Pour l’instant, le forage de la centrale au parc d’innovation d’Illkirch-Graffenstaden mis en place par le groupe Electricité de Strasbourg (ES) n’est profond que d’une cinquantaine de mètres. Mais il devrait atteindre, comme à Reichstett, les 3.500 mètres de profondeur, voire, comme à Eckbolsheim, les 5.000 mètres. Rien que pour la centrale d’Illkirch, la centrale permettra d’éviter l’équivalent de 11.000 tonnes par an d’émissions de Co2. De quoi participer activement à la transition énergétique mais aussi, comme l’a rappelé Robert Herrmann, « à contribuer à développer l’activité, l’emploi et attractivité de l’Eurométropole. »