Les scientifiques sont inquiets. Des traces de pesticides toxiques pour les abeilles ont été détectées dans 75 % du miel produit dans le monde entier. Cette découverte suscite l’inquiétude pour la survie de ces pollinisateurs cruciaux pour l’agriculture.

Ces concentrations relevées dans 198 échantillons de miel produits sur toute la planète ne sont pas considérées comme dangereuses pour l’homme. Elles sont en effet inférieures au plafond autorisé par l’Union européenne, selon l’étude publiée jeudi dans la revue Science.

>> A lire aussi : L'Assemblée vote l'interdiction des néonicotinoïdes

« Ces découvertes sont alarmantes »

« Au total, 75 % de tous les échantillons de miel contenaient au moins un néonicotinoïde », selon cette étude pilotée à l’université suisse de Neuchâtel. « Sur ces échantillons contaminés, 45 % en contenaient au moins deux et 10 % quatre ou cinq ». La fréquence de contamination la plus élevée a concerné les miels d’Amérique du Nord (89 %), devant l’Asie (80 %) et l’Europe (79 %). L’Amérique du Sud a présenté la plus faible (57 %).

>> A lire aussi : Les abeilles, nouveaux indicateurs de la pollution en ville

« Ces découvertes sont alarmantes », a estimé Chris Connolly, un expert en neurobiologie de l’université de Dundee, auteur d’un article accompagnant la publication de l’étude. « Les niveaux relevés sont suffisants pour affecter les fonctions cérébrales des abeilles et pourraient entraver leur habilité à trouver de la nourriture et à polliniser nos cultures et notre végétation », a-t-il mis en garde.