Flamanville: Une centaine de tenues de travail contaminées, retrouvées sur le chantier de l'EPR

NUCLEAIRE Elles auraient du bénéficier d'un traitement spécifique au moment de leur conditionnement...

L.G. avec AFP

— 

Vingt-quatre militants de Greenpeace ont manifesté en juin devant le chantier de l'EPR de Flamanville où ont été retrouvés des tenues de travail contaminées.

Vingt-quatre militants de Greenpeace ont manifesté en juin devant le chantier de l'EPR de Flamanville où ont été retrouvés des tenues de travail contaminées. — SIPA

Un « événement significatif environnement ». La centrale nucléaire de Flamanville (Manche) a signalé vendredi à l’Autorité de sûreté nucléaire, l’ASN, la découverte d’une centaine de tenues de travail contaminées parmi les déchets non nucléaires mis au jour fortuitement sur le site en juillet, a annoncé EDF ce lundi.

« L’événement significatif environnement » a été signalé à l’ASN surtout parce que ces tenues auraient dû à l’époque entrer dans un processus de traitement particulier, a encore indiqué le groupe.

>> A lire aussi : EPR de Flamanville: Pourquoi l'ASN a-t-elle donné son feu vert et pourquoi la route est encore longue?

Une centaine de tenues conditionnées dans des sacs

« Nous avons retrouvé dernièrement des tenues de travail qui sont habituellement utilisées en zone nucléaire », a expliqué à l’AFP le groupe, précisant qu’il s’agissait d’une centaine de tenues conditionnées dans des sacs.

Les contrôles radiologiques réalisés immédiatement après la découverte se sont avérés négatifs et les tenues ont été stockées sur le site. Mais des contrôles plus poussés, réalisés à l’aide d’un spectromètre, ont ensuite révélé la présence de traces de Cobalt 60, un radioélément qui n’est pas présent habituellement dans la nature. « Ces traces représentent des valeurs faibles qui se situent à la limite du seuil de détection des appareils de mesure », a assuré EDF, en précisant que les analyses des sols n’ont révélé aucune trace de contamination dans la terre.

8.700 tonnes de déchets non nucléaires

EDF avait indiqué fin juillet avoir évacué du chantier du réacteur EPR de Flamanville 8.700 tonnes de déchets non nucléaires datant de la construction des deux réacteurs en fonctionnement depuis plus de 30 ans.

Ces déchets avaient été découverts dans le cadre de la construction d’un parking. Le chantier « a été mis à l’arrêt, dans l’attente de définir les dispositions à prendre pour le traitement de ces déchets », a précisé EDF, assurant que cela ne « remettait absolument pas en cause le planning du chantier » de l’EPR, qui a démarré fin 2007, mais cumule retards et déboires.