Une météorite observée dans le sud de la France, de Bordeaux à Marseille

ASTRONOMIE Selon un expert de l’Institut d’Astrophysique Spatiale, le phénomène n’est pas rare, mais il est peu commun de réussir à l’observer...

M.P.

— 

Météorite aperçue depuis le Canada en février 2015. (Illustration)

Météorite aperçue depuis le Canada en février 2015. (Illustration) — Neil Zeller/AP/SIPA

« Une boule de feu verte », une « étrange traînée verte », une « comète »… Vendredi, vers 23 heures, une météorite a été observée dans le sud de la France, de Bordeaux à Marseille. Si, sur Twitter, les internautes ne savaient pas comment définir cette étrange lueur qui a traversé le ciel, le quotidien Sud Ouest affirmait aujourd’hui que l’objet non identifié par les twittos était bel et bien un météore.

Un « bolide » de près d’un kilo arrivé à près de « 20 kilomètres par seconde »

Citant l’International Meteor Organization (IMO), organisation scientifique qui recense les météorites et a recueilli ce samedi plus de 60 témoignages, le quotidien explique que la météorite a effectué une trajectoire allant du Sud-Est vers le Nord-Ouest, a été visible de Bordeaux à Marseille et aurait disparu peu après Périgueux (voir la carte du trajet précis, ici)

« Il s’agit d’un météore qui est arrivé plutôt en rasant l’atmosphère terrestre, je dirai à 100 kilomètres d’altitude », a confirmé à Sud Ouest Louis d’Hendecourt, membre de l’Institut d’Astrophysique Spatiale et directeur de recherches au CNRS. Un « bolide » de près d’un kilo arrivé à près de « 20 kilomètres par seconde » et qui était en flammes une fois « freiné » au contact de l’atmosphère.

La traîne de la météorite a pu être observée sur près de 700 kilomètres

Selon l'expert, la météorite a été désintégrée vers la fin de sa chute, « en plusieurs morceaux ».Quant à la traîne, elle a pu être observée sur près de 700 kilomètres parce que l’angle d’entrée était « certainement très peu ouvert ». En d’autres termes, explique Sud Ouest, les frottements sur l’atmosphère étaient limités, ce qui a permis à la météorite de ne pas se désintégrer immédiatement.


La couleur verte décrite par les internautes serait, elle, due à la composition de la météorite, notamment à « la présence de minéraux qui se vaporisent et émettent de la lumière ». Un phénomène qui n’est pas rare, mais qui est selon Louis d’Hendecourt peu commun de réussir à l’observer.