«L'Empire de l'or rouge»: Découvrez les dessous très peu reluisants du business de la tomate d'industrie

AGROALIMENTAIRE Le journaliste Jean-Baptiste Malet a enquêté deux ans sur les dessous peu reluisant de la tomate d'industrie, celle du kechup et des pizzas... 

Fabrice Pouliquen

— 

Dans «L'empire de l'or rouge», le journaliste Jean-Baptiste Malet relate ses deux ans d'enquête sur les dessous peu reluisants de la tomate d'industrie.

Dans «L'empire de l'or rouge», le journaliste Jean-Baptiste Malet relate ses deux ans d'enquête sur les dessous peu reluisants de la tomate d'industrie. — / Photo Jean-Baptiste Malet

Qui a déjà vu une tomate d’industrie ? Oubliez tout de suite la tomate ronde, rouge et gorgée d’eau consommée telle quelle. Rien à voir. La tomate d’industrie est « à la tomate fraîche ce qu’une pomme est à une poire », écrit Jean-Baptiste Malet, journaliste de 30 ans tout juste, dans son livre-enquête L’empire de l’or rouge, sorti aux éditions Fayard. Oblongue, plus lourde car moins gorgée d’eau et à la peau dure pour supporter les longs voyages et le maniement des machines, « c’est un autre fruit, une autre géopolitique, un autre business », poursuit-il.

C’est cette variété de tomate que l’industrie transforme en coulis, en ketchup et autres sauces diverses consommées comme telles ou utilisés à la fabrication de pizzas notamment. « Des produits universels, note Jean-Baptiste Malet. On consomme à peu près 5 kg de tomates d’industrie par an et par être humain et la filière mondiale réalise un chiffre d’affaires annuel de 10 milliards de dollars. »

Mais d’où viennent ces tomates ? Qui les ramasse ? Avec quoi sont-elles parfois coupées ? Que ne disent pas les étiquettes ? Jean-Baptiste Maleta enquêté deux ans sur les dessous peu reluisant de cette industrie mondialisée. Le jeu de piste commence par la découverte de barils de concentrés de tomate chinois sur le site de l’usine Le Cabanon, à Camaret-sur-Aigues (Vaucluse) et se termine au Ghana, pays où les concentrés de tomates vendus, venus de Chine, vont jusqu’à contenir 69 % d’additifs pour 31 % seulement de concentré de tomates. Jean-Baptiste Malet est aussi passé par la Californie, les Pouilles dans le sud de l’Italie et au Xinjiang dans l’ouest de la Chine, trois grandes régions de production et de transformation de la tomate d’industrie. Il répond aux questions de 20 Minutes.

En quoi ce marché de la tomate de l’industrie est-il symbolique des dérives du capitalisme ?

L’industrie de la tomate cherche depuis plus d’un siècle à produire toujours plus, pour augmenter ses profits, en réduisant ses coûts de fabrication, et en exportant toujours plus loin sa production. L’invention du baril aseptique, dans les années 1980, a facilité les flux inter-continentaux des concentrés de tomates. Ces grands barils ont rendu possible la délocalisation de la production du concentré de tomates. Avec la mondialisation des échanges, la libre circulation des marchandises et des capitaux ont accouché d’une situation absurde : il est aujourd’hui possible de trouver dans les rayons des supermarchés européens des sauces tomates dont les étiquettes disent qu’elles sont « provençales » ou « italiennes », mais qui est en réalité sont composées de tomates concentrées d’importation, souvent chinoises.

L’arrivée de la Chine sur le marché de la tomate d’industrie est un autre tournant ?

C’est ce que j’ai voulu expliquer dans mon livre : comment un pays qui consomme très peu de sauce tomate est devenu subitement le premier producteur mondial de concentrés de tomates ? Le processus a commencé dans les années 1990 lorsque des industriels italiens, notamment napolitains, qui contrôlaient alors des pans entiers de la filière de la tomate d’industrie, sont allés installer en masse des usines de transformation de tomates dans le Xinjiang. Parfois en les offrant. Des concentrés à des prix ultra-compétitifs sont arrivés sur le marché à partir des années 2000. Les tomates étaient récoltées par une main-d’œuvre sous-payée, parfois des enfants ou des prisonniers. Ces industriels italiens n’ont pas fait qu’installer ces usines, ils ont dès le départ acheté les concentrés de tomates chinois pour les reconditionner ensuite en Italie et les vendre dans des conserves aux couleurs de leur pays.

Comment en arrive-t-on alors à avoir aujourd’hui des boîtes de concentrés de tomate avec 69 % d’addictifs pour seulement 31 % de tomates ?

Cette fraude concerne essentiellement le marché du concentré en Afrique. Pour réduire les coûts de production, certaines usines de transformation àTianjin (près de Pékin) coupent le concentré de tomates qu’ils mettent en bouteille avec divers additifs comme de la fibre de soja, de l’amidon, du glucose. Ces ingrédients tous moins chers que la tomate. Ces additifs ne sont pas déclarés sur les étiquettes, qui vantent parfois une authenticité italienne. Ces boîtes sont exportées en Afrique, essentiellement dans l’Ouest, où elles sont vendues pour rien et concurrencent alors les producteurs de tomates africains. Le continent est vulnérable parce qu’il n’a pas les autorités sanitaires capables d’organiser des contrôles stricts et, lorsqu’il y en a, ils peuvent être contournés par la corruption.

Et en France, d’où viennent les concentrés de tomates vendus en grande surface ?

Les très grands industriels du ketchup ou des produits surgelés utilisent très couramment du concentré de tomates chinois dans la composition de leurs produits, ceux qui sont commercialisés en Europe. Un exemple frappant : l’Allemagne et les Pays-Bas sont les deux plus gros exportateurs de sauces et de ketchup en Europe et ils ne produisent pas la moindre tomate d’industrie. Ils importent alors des concentrés de tomates qui viennent, selon la saison et la disponibilité des stocks, de Californie, d’Espagne ou bien de Chine. Il n’y a rien d’illégal. Mais il y a un manque clarté dans l’étiquetage des produits qui, lui, est discutable. Jamais une sauce ou un coulis ne précisera que le concentré de tomate utilisé vient de Chine lorsque c’est le cas.

Comment limiter ces dérives ?

J’ai découvert dans cette enquête que la filière de la tomate d’industrie est au final aux mains d’une poignée de mastodontes industriels. Une piste serait d’organiser des contre-pouvoirs chargés de surveiller ces industries agroalimentaires, d’informer sur la provenance et la qualité des ingrédients utilisés. Nous avons besoin de plus de transparence, de traçabilité, d’informations. Ce sujet est aussi éminemment politique. Pourquoi les Européens, qui sont en mesure d’être autosuffisants sur ce marché via leurs filières portugaise, grecque, espagnole, italienne ou encore française, ne consomment-ils pas leurs productions et seulement leurs productions ? Pour cela, il faudrait remettre en cause l’idéologie du libre marché.