La reproduction des dauphins et des orques en captivité interdite en France

ANIMAUX Une disposition ajoutée en dernière minute dans l’arrêté sur « les règles de fonctionnement des établissements détenant des cétacés » interdit la reproduction des dauphins et des orques actuellement détenus en France…

Floréal Hernandez

— 

Spectacle de dauphins au Marineland d'Antibes. (Illustration)

Spectacle de dauphins au Marineland d'Antibes. (Illustration) — BEBERT BRUNO/SIPA

  • A termes, cette disposition va mettre fin à la captivité des orques et des dauphins en France
  • Associations protectrices des animaux et établissements détenant des cétacés n’ont pas été avertis de l’ajout de cette disposition

Dans la semaine, on avait appris qu’un arrêté signé par Ségolène Royal prévoyait « l’augmentation de la surface des bassins », « l’interdiction du chlore dans le traitement de l’eau » et « les contacts directs entre le public et les animaux » dans les delphinariums. Mais en dernière minute, une disposition a été ajoutée et elle va mettre fin à la captivité des dauphins ou des orques dans les bassins !

Le Monde a repéré cette disposition dans l’arrêté interministériel sur « les caractéristiques générales et les règles de fonctionnement des établissements présentant au public des spécimens vivants de cétacés » publié ce samedi dans le Journal officiel.

>> A lire aussi: De nouvelles règles pour «le bien-être des dauphins», Marineland va devoir se mettre en conformité

« Victoire » pour les uns, incompréhension pour les autres

Dans l’introduction de l’arrêté, il est écrit : « La reproduction des orques et des dauphins actuellement détenus en France est désormais interdite. Ainsi, seuls les orques et les dauphins actuellement régulièrement détenus peuvent continuer à l’être, sans ouvrir à de nouvelles naissances. »

Si la fin de la reproduction des orques était prévue, ce n’était pas le cas pour les dauphins. Cette disposition a été prise sans avertir ni les associations de protection animale ni les delphinariums.

Sur Twitter, One Voice, association qui défend une éthique animale et planétaire, parle d’une « immense victoire ». Du côté des professionnels qui ont des dauphins en bassins – Marineland, Parc Astérix, Planète Sauvage et Moorea Dolphin Center –, c’est l’incompréhension. Cité par Le Monde, Rodolphe Delord, président de l’association française des parcs zoologiques, directeur du zoo de Beauval (Loir-et-Cher) et qui a participé à l’élaboration du texte, ne comprend pas : « On avait obtenu un arrêté de très haut niveau avec des avancées. Mais l’interdiction de la reproduction va à l’encontre du bien-être animal car ces animaux sont faits pour se reproduire. Et vous imaginez dans quel état se trouve le personnel qui travaille avec eux ? »