Que sait-on du maïs MON 810?

DECRYPTAGE – La Haute autorité provisoire sur les OGM a émis mercredi soir des «doutes sérieux» sur l’impact du seul maïs transgénique cultivé en France…

Sandrine Cochard

— 

La décision de l'OMC condamnant l'ancien moratoire des Européens sur les autorisations d'OGM ne remet pas en cause la réglementation de l'UE, la plus stricte du monde, mais va mettre sous pression les Etats les plus anti-OGM qui veulent maintenir des interdictions nationales.

La décision de l'OMC condamnant l'ancien moratoire des Européens sur les autorisations d'OGM ne remet pas en cause la réglementation de l'UE, la plus stricte du monde, mais va mettre sous pression les Etats les plus anti-OGM qui veulent maintenir des interdictions nationales. — Derrick Ceyrac AFP/Archives

La Haute autorité provisoire sur les OGM a émis mercredi soir des «doutes sérieux» sur l’impact du seul OGM cultivé en France.

Qu'est-ce que le MON 810?
C'est un maïs transgénique insecticide produit par la firme américaine Monsanto. Il s’agit de l’un des plus anciens OGM: sa culture a débuté au milieu des années 1990 aux États-Unis. Destiné à l'alimentation animale, ce maïs est modifié pour produire une protéine qui le protège des attaques de deux chenilles. En 2007, il a été cultivé sur 22.000 ha dans le sud-ouest de la France, soit moins de 1% des surfaces totales de maïs du pays. Sa culture est autorisée dans l'Union européenne depuis 1998, mais il est suspendu ou interdit en Autriche, Grèce, Italie, Suisse, Hongrie et Pologne.

Pourquoi la Haute autorité provisoire sur les OGM a-t-elle émis, mercredi soir, par la voix de son président Jean-François Legrand, des «doutes sérieux» sur l’impact du MON 810?
Elle se base sur «un certain nombre de faits scientifiques nouveaux négatifs impactant notamment la flore et la faune». Ainsi, trois nouveaux facteurs d'impact négatif sur la santé ou l'environnement ont été trouvés par rapport à 1998. Le premier porte sur la dissémination à longue distance: la dispersion du pollen a été observée jusqu'à 100 kilomètres (on parlait de centaines de mètres auparavant) avec un impact sur les populations des rivières. Autre sujet de préoccupation: des résistances ont été développées par les ravageurs. Enfin, le MON 810 aurait des effets toxiques sur la faune et la flore, notamment sur les papillons. S'il n'y a pas de risque avéré pour l'homme, le responsable de la campagne OGM de Greenpeace, Arnaud Apoteker, s'est inquiété de l'absence de tests à long terme «sur la faune et la flore».

La France va-t-elle suspendre les cultures?
Pour l’instant, elles sont gelées jusqu’au 9 février. Si aucune annonce officielle n’a été faite mercredi par Jean-Louis Borloo, une décision doit être prise «dans les tous prochains jours» a affirmé jeudi Nicolas Sarkozy. La France pourrait ainsi activer la clause de sauvegarde. Ce processus permet à un pays européen d'interdire un organisme génétiquement modifié autorisé au plan communautaire, à condition de justifier cette mesure avec un dossier scientifique étayé. Une condition remplie par la Haute autorité provisoire qui a fait valoir de nouveaux faits scientifiques.

Les syndicats agricoles divisés
Alors que la Confédération paysanne s'est réjoui de ce «constat», le principal syndicat agricole, la FNSEA, a déploré une «reculade». Il estime que «rien ne devrait pousser le gouvernement à accélérer un processus de décision sur cette clause de sauvegarde». «Il est temps de sortir du mensonge, indiquait mercredi après-midi le président de la FNSEA Jean-Michel Lemétayer. Soit les OGM sont néfastes, et il est temps d'arrêter les importations. Soit on met les producteurs français en situation de concurrence avec leurs homologues étrangers.»

Mots-clés :

Aucun mot-clé.