Oiseaux: Quel rôle entre la taille de leur cerveau et leur capacité à éviter les voitures?

ANIMAUX En 2014, 200 millions d’oiseaux ont été tués par des automobilistes aux Etats-Unis…

20 Minutes avec agences

— 

Des oiseaux en Slovaquie, en janvier 2012.

Des oiseaux en Slovaquie, en janvier 2012. — Peter Svoboda / Rex Features

Chaque année dans le monde, des centaines de millions d’oiseaux se tuent en percutant une voiture. Pourquoi certains évitent une telle collision quand d’autres meurent sur les pare-brise ? La réponse se trouve dans la taille de leur cerveau.

>> A lire aussi : Un oiseau contre un avion: ce n'est pas toujours l'avion qui gagne

Les oiseaux au cerveau plus volumineux s’adaptent mieux aux dangers

« Les oiseaux avec des cerveaux plus petits sont plus susceptibles d’être percutés par une voiture », explique Anders Pape Møller, chercheur du CNRS à l’université Paris-Sud et coauteur d’une étude sur le sujet paru ce mercredi dans la revue Royal Society Open Science.

Les chercheurs y expliquent avoir constaté (lire en encadré) que les oiseaux victimes du trafic routier avaient des cerveaux relativement plus petits que les autres et que les espèces dotées d’un cerveau plus volumineux s’adaptaient mieux aux dangers du trafic automobile. Un phénomène également valable au sein d’une même espèce.

200 millions d’oiseaux tués par des automobilistes

Selon les experts du CNRS, ces résultats suggèrent qu’un cerveau volumineux permet aux oiseaux d’estimer la vitesse à laquelle un objet se rapproche, afin de s’envoler à temps.

Pour rappel, en 2014, une étude américaine avait évalué les dangers qui guettent les oiseaux de nos villes. En un an, sur le seul territoire américain, 200 millions d’oiseaux avaient été tués par des automobilistes et 599 millions avaient trouvé la mort en percutant les fenêtres des maisons.

>> A lire aussi : Sept millions d'oiseaux victimes des tours radio aux Etats-Unis et au Canada

 

Pour arriver à cette conclusion, les chercheurs ont étudié 3.521 oiseaux appartenant à 251 espèces différentes, dont 31% étaient morts dans un accident de la route.