Douze nouveaux types de nuages reconnus dans l’atlas des météorologues

METEO L’ouvrage, commencé en 1896, n’avait pas été remis à jour depuis 1987. Parmi les nouveaux entrants, figure l’impressionnant Aspéritas, un type de nuages aux allures de vagues chaotiques…

Fabrice Pouliquen

— 

Photographie de l'Asperitas un nouveau type de nuage désormais reconnus par l'Atlas de l'organisation météorologique mondiale.

Photographie de l'Asperitas un nouveau type de nuage désormais reconnus par l'Atlas de l'organisation météorologique mondiale. — @GaryMcArthur

Il y avait déjà le cumulonimbus, le stratocumulus ou encore le cirros stratus… Il faudra désormais se familiariser avec douze nouveaux types de nuages qui viennent d’intégrer l’atlas de l ’organisation météorologique mondiale.

L’ouvrage, une référence pour les météorologistes, recense une centaine de nuages aujourd’hui. Sa première publication remonte à 1896 et le document n’avait pas été révisé depuis 1987, informela BBC.

L’aspéritas, comme une mer déchaînée

Le plus connu des nouveaux termes à rejoindre l’atlas est l’asperitas, un nouveau type de nuage qui donne l’impression d’une mer déchaînée vue du dessous, décrit la BBC. Preuve qu’il faut parfois du temps avant de figurer dans cet atlas, l’aspéritas avait été repéré dès 2006 dans le ciel de l’Iowa. Des photos du monde entier de nuages similaires avaient par la suite atterri sur le bureau de la Cloud Appreciation Society, une communauté en ligne de fans de nuages.

L’association s’était depuis lancée dans un lobbying intensif pour faire reconnaître l’aspéritas auprès de l’Organisation météorologique mondiale (WMO). Gavin Pretor-Pinney, président de la Cloud Appreciation Society, était sur le point d’abandonner tout espoir en 2008, raconte-t-il à la BBC. « Au départ, la WMO disait qu’elle n’avait pas le projet de préparer une nouvelle édition de l’Atlas, mais avec le temps, je pense qu’ils ont pris conscience de l’intérêt du grand public pour les nuages et du besoin alors d’avoir un ouvrage référence. »

Des nuages purs produits de l’homme

Outre l’asperitas, on trouve, dans ces douze nouvelles entrées, quatre autres types de nuages (le fluctus, le cavum, le cauda et le murus), cinq nouveaux nuages spéciaux (le silvagenitus, le caractagenitus, le flammagenitus, l’homogenitus et l’homomutatus), ainsi qu’un nuage additionnel : le flumen, appelé aussi queue-de-castor. Enfin, l’Atlas ajoute aussi une nouvelle espèce de nuage. Le volutus, ou « nuages-rouleaux, qui est un long nuage bas tubulaire qui se forme sur des stratocumulus.

Certains de ces nuages sont des créations de toutes pièces de l’homme. Le cavum, par exemple, est une fine couche de nuage composée de fines gouttelettes gelées. Il résulte directement du passage d’un avion dans un nuage, explique LCI. L’homogenitus désigne, lui, les lignes tracées dans le ciel par les avions ou encore les nuages générés par les cheminées d’usines. Quant à l’homomutatus, il est provoqué par la chaleur des grandes villes.