Il a fait chaud en France en 2016, mais moins que sur le reste de la planète

METEO La chaleur observée en France n’a pas été « exceptionnelle », comparé à 2014 et 2015…

20 Minutes avec AFP

— 

Vague de chaleur à Bordeaux (illustration).

Vague de chaleur à Bordeaux (illustration). — E.Provenzano / 20 Minutes

En 2016 en France, il a fait chaud. La température moyenne a même été supérieure à la normale, note Météo-France dans un bilan publié ce lundi.

Ecart à la moyenne annuelle de réference 1981-2010 de l'indicateur de température moyenne en France (1900-2016)
Ecart à la moyenne annuelle de réference 1981-2010 de l'indicateur de température moyenne en France (1900-2016) - VINCENT LEFAI ALAIN BOMMENEL SABRINA BLANCHARD SÉBASTIEN CASTERAN PAZ PIZARRO JEAN-MICHEL CORNU / AFP

A l’exception du printemps et du mois d’octobre, « 2016 a été à nouveau une année chaude avec une température moyenne qui a dépassé la normale de 0,5°C », indique l’organisme qui prend comme référence la moyenne sur la période 1981-2010.

El Niño nous donne chaud

Mais cette année 2016 « ne présente pas de caractère exceptionnel, se classant au dixième rang » des années les plus chaudes, loin derrière 2014 (+1,2°C), 2011 (+1,1°C) et 2015 (+1°C).

La France reste une petite joueuse. Dans le monde, l’année 2016 devrait en revanche être la plus chaude jamais enregistrée depuis le début des relevés autour de 1880, selon plusieurs organismes de recherche.

>> A lire aussi : Catherine Laborde arrête la météo sur TF1

L’Organisation météorologique mondiale (OMM) doit publier courant janvier le bilan complet sur 2016, encore marquée par un épisode intense du courant marin équatorial El Niño dans le Pacifique qui accentue la tendance générale du réchauffement climatique.

Colmar, les pieds au sec

Dans l’Hexagone, au-delà d’une douceur générale, la pluviométrie moyenne est proche de la normale, mais a été contrastée au cours de l’année : excédentaire le premier semestre, déficitaire le deuxième.

Août et décembre ont été exceptionnellement secs, avec les plus faibles pluies enregistrées depuis 1959 pour ces deux mois, relève Météo-France.

>> A lire aussi : Toulon, ville la plus ensoleillée de France, juste devant Marseille

Des records de nombre de jours de pluie ont été enregistrés en décembre dans plusieurs villes : il n’y a eu qu’un jour de pluie par exemple à Pontarlier (record de 1877 battu), Tarbes, Grenoble, Lyon-Bron ou Agen et deux jours à Caen (record de 1994). Colmar n’a même pas été arrosé un seul jour, battant un record de 1957 !