La banquise Arctique aura-t-elle totalement disparu dans un an?

RECHAUFFEMENT La glace à la surface de l’océan Arctique pourrait disparaître entièrement pour la première fois depuis 100.000 ans…

O. P.-V.

— 

Un ours blanc sur de la glace dans l'océan Arctique.

Un ours blanc sur de la glace dans l'océan Arctique. — SOLENT NEWS/SIPA

A force de le craindre, le réchauffement de la banquise de l’océan Arctique pourrait conduire à une disparition de la glace encore plus tôt que prévu. D’ici à l’été 2017 même, selon Peter Wadhams, professeur de physique des océans à l’université de Cambridge et spécialiste de l’Arctique, qui l’explique à The Independent.

>> A lire aussi : La fonte des glaces de l'Arctique s'accélère désormais (aussi) en hiver

« Je maintiens ma prédiction : la glace de l’océan Arctique pourrait bien disparaître car sa surface passera en-dessous d’1 million de kilomètres carrés en septembre de cette année », a-t-il détaillé. Cette disparition pourrait donc intervenir encore plus tôt, sans attendre l’été 2017 : « Même si la banquise ne s’évapore pas complètement, je suis convaincu que sa surface n’atteindra même pas 3,4 millions de kilomètres carrés », soit l’actuel record négatif.

Une « première » depuis 100.000 ans

Au 1er juin 2016, la banquise arctique mesurait à peine plus de 11,1 millions de kms carrés, alors que la moyenne annuelle sur les trente dernières années est de 12,7 millions : la différence représente six fois le territoire du Royaume-Uni, illustre The Independent.

La disparition de cette banquise serait quasiment inédite, Peter Wadhams expliquant que cela ne s’était plus produit depuis au moins 100.000 ans.