Greenpeace déploie une banderole devant le siège de Bolloré à Paris, le 25 février 2016 pour protester contre la déforestation
Greenpeace déploie une banderole devant le siège de Bolloré à Paris, le 25 février 2016 pour protester contre la déforestation - Geoffroy Van der Hasselt AFP

Des militants de Greenpeace ont déployé jeudi matin une banderole géante devant le siège de Bolloré à Puteaux (Hauts-de-Seine) pour interpeller le groupe français impliqué dans la production d'huile de palme, à l'origine de déforestations massives en Afrique.

«Bolloré: dur en affaires, pas tendre avec les forêts, Zéro déforestation», pouvait-on lire sur cette banderole de 100 mètres carrés hissée sur un camion stationné juste devant le siège social de Bolloré.

Plusieurs militants parmi la quinzaine mobilisés pour cette action portaient des banderoles avec l'inscription «Zéro déforestation».

Le groupe Bolloré détient 38,75% de la Socfin, une holding luxembourgeoise qui, selon l'ONG, gère 185.000 hectares de plantations de palmiers à huile et d'hévéas en Afrique et en Asie du Sud-Est et n'a pas de politique visant à prévenir la déforestation dans ses projets.

Greenpeace «demande à Vincent Bolloré (PDG du groupe Bolloré) d'user de son influence» pour faire évoluer la politique de la Socfin, a indiqué à l'AFP Cécile Leuba, chargée de campagne Forêts. «On demande que la Socfin s'engage à produire de l'huile de palme +Zéro déforestation+», a-t-elle ajouté.

Dans un rapport publié mardi, l'ONG affirme qu'après l'Asie du Sud-Est, l'Afrique est devenue «le nouveau terrain de jeu des industriels du palmier à huile et de l'hévéa», qui y convertissent des dizaines de milliers d'hectares de forêts en plantations.

Mots-clés :

  • Aucun mot-clé