Barack Obama à Mountain View en Californie le 11 février 2016
Barack Obama à Mountain View en Californie le 11 février 2016 - MANDEL NGAN AFP

Barack Obama a qualifié jeudi d'«inhabituelle» la décision de la Cour suprême des Etats-Unis qui a suspendu mardi l'ambitieux programme du président américain pour limiter les émissions polluantes des centrales thermiques, affirmant que ce combat n'est pas terminé.

M. Obama s'exprimait pour la première fois depuis le camouflet infligé par la Haute cour concernant son plan pour une énergie propre, pilier de sa politique de lutte contre le changement climatique.

«J'ai entendu des personnes dire, +la Cour suprême a démonté le Clean Power Plant rule+», a dit le président américain devant des donateurs en Californie. «Ce n'est pas vrai, donc ne découragez pas les gens».

«C'est une décision qui dit, +attendez jusqu'à ce qu'on se penche sur la légalité+» du plan, a-t-il insisté. Et «nous sommes très confiants sur la solidité de nos bases légales», affirme le président Obama.

La plus haute instance judiciaire américaine avait été saisie par 27 Etats, pour la plupart à majorité républicaine, lui demandant de suspendre temporairement la mise en place du plan jusqu'à ce qu'une décision définitive ne soit prise.

Cette dernière ne devrait pas intervenir avant 2017, selon les experts.

«La Cour suprême a fait quelque chose d'inhabituel», a déploré M. Obama, en référence à la décision prise à la majorité de cinq juges sur neuf, rendue avec une rapidité surprenante.

Concrètement, la Cour suprême a suspendu l'application du «Clean Power Plan» (Projet pour une énergie propre), élaboré par l'Agence américaine de protection de l'environnement (EPA), qui impose aux centrales électriques des réductions draconiennes de leurs émissions de CO2, de 32% d'ici 2030 par rapport à 2005.

Ce programme fédéral est au coeur des engagements présentés par Washington pour préparer la conférence climat de Paris en décembre et parvenir à l'accord adopté mi-décembre par 195 pays.

Les adversaires républicains du président Obama, qui contrôlent le Congrès, estiment qu'il n'existe pas de preuve du changement climatique et remettent en question le rôle de l'homme dans le réchauffement planétaire.

«Il y aura des gens qui vont constamment repousser (les efforts) et faire en sorte qu'on reste embourbés avec les vieilles énergies polluantes et une stratégie économique fondée sur l'émission de carbone dont nous devons nous éloigner», a encore fustigé Barack Obama.

Mots-clés :

  • Aucun mot-clé