Illustration: glacier au soleil en Islande, décembre 2014.
Illustration: glacier au soleil en Islande, décembre 2014. - Dave Stevenson/REX/REX/SIPA

Plus de doutes, la mer monte et c’est à cause du réchauffement climatique. Même si dans un premier temps, ce sont les tempêtes et les submersions marines qui viendront faire reculer les littoraux, le XXIe siècle devrait être marqué par une hausse globale du niveau des océans. Benoît Meyssignac, chercheur au CNES et au LEGOS (Laboratoire d’Etudes en Géophysique et Océanographie Spatiales), a étudié l’impact du changement climatique dans la hausse du niveau des océans. Il présentait ses travaux ce jeudi lors des journées du Réseaux de référence des observations marégraphiques (Refmar) à Paris.

>> A lire aussi : Pourquoi les plages françaises disparaissent

Peut-on aujourd’hui affirmer que les océans montent à cause du réchauffement climatique ?

Oui, le niveau de la mer augmente assez vite : 3,2mm par an depuis une vingtaine d’années. Cette hausse est due pour 0,6mm par an à la perte de masse des calottes polaires, pour 0,9mm à la fonte des glaciers de montagne, pour 1mm à la dilatation des eaux et pour 0,3mm aux transferts d’eau entre les continents et les océans. On sait notamment que l’expansion thermique de l’eau, ou dilatation, est due pour plus de 90 % à l’énergie stockée en réponse aux déséquilibres de l’atmosphère provoqués par les émissions de gaz à effet de serre. Pour les glaciers, 70 % de leur fonte actuelle est due aux émissions de gaz à effet de serre et 30 % à la variabilité naturelle.

Y a-t-il des régions du globe où la hausse du niveau des mers est plus visible ?

Elle est plus visible dans l’ouest du Pacifique tropical, où elle monte de 10 à 14mm par an. Dans d’autres régions, cette hausse est faible, parfois c’est même une baisse : sur la côte ouest américaine, l’océan baisse de 0,2 à 0,5mm par an. Ces disparités sont liées à la redistribution de l’eau en réponse aux vents et à la variabilité interne du système climatique qui va certainement changer dans le futur.

Il est donc difficile de faire des projections sur la hausse des mers à un endroit donné du globe ?

Aujourd’hui, les projections sur le niveau global des mers marchent assez bien, d’un point de vue régional c’est plus difficile mais on commence à le faire. On sait notamment que la redistribution géographique représente une variation de plus ou moins 20 % par rapport à la moyenne : selon les régions, on sera dans une échelle de plus ou moins 20 % par rapport à la hausse globale du niveau des océans.

>> A lire aussi : L’Aquitaine sommée d’anticiper les effets de la montée des eaux et de l’érosion

Que peut-on prévoir pour l’Europe ?

L’Europe devrait être dans une situation assez proche du niveau moyen. La Méditerranée est un cas particulier car c’est une mer semi-fermée qui échange de l’eau avec les océans, mais sur la côte Atlantique on sera proche de la moyenne globale. Les océans ont monté de 24cm depuis 1900 : demandez à vos grands-parents ou arrière-grands-parents s’ils se souviennent de l’aspect d’une plage ou d’un littoral et comparez-le à aujourd’hui, les effets du changement climatique sont déjà visibles. Et durant le XXIe siècle, on s’attend à ce que les océans montent de 30cm à 1m. Mais la fourchette basse est peu crédible car pour se limiter à 30cm il faudrait une stabilisation des émissions de gaz à effet de serre entre 2020 et 2030, ce qui semble peu probable.

Mots-clés :