Ric O'Barry au musée de la Baleine de Taiji, au Japon, le 16 septembre 2015.
Ric O'Barry au musée de la Baleine de Taiji, au Japon, le 16 septembre 2015. - AP/SIPA

Il dit être un « prisonnier politique ». Richard O’Barry, ancien dresseur de la série Flipper devenu défenseur des dauphins en liberté, est retenu depuis lundi par les services d’immigration à l’aéroport international de Narita, dans la banlieue de Tokyo.

Connu pour sa lutte contre la chasse de ces cétacés au Japon, l’homme de 76 ans s’est vu refuser l’entrée sur le territoire japonais, a affirmé vendredi son ONG. Il est désormais « sous le coup d’une mesure d’interdiction de séjour », selon les militants sur le site internet « Ric O’Barry’s Dolphin Project ». Il aurait cependant refusé d’obtempérer, selon la même source.

« Cela donne au monde entier l’impression que le Japon n’est pas un pays libre »

« Je suis un prisonnier politique. Je pense que le gouvernement [japonais] réprime les gens qui osent parler tout haut de leur guerre contre les dauphins », a-t-il déclaré mardi au Japan Times, lors d’une interview par téléphone depuis son lieu de détention. Il a déclaré dormir deux heures par nuit et avoir été emmené à l’hôpital mardi pour des douleurs à la poitrine. « Expulser quelqu’un d’un pays de cette façon donne au monde entier l’impression que le Japon n’est pas un pays libre », a renchéri son avocat, Takashi Takano.

>> A lire aussi : Du gore pour la sauvegarde de l’environnement

Richard O’Barry est accusé par les autorités japonaises, selon lui et son avocat, d’avoir menti sur ses activités au cours d’un voyage précédent sur l’archipel, ce qu’il dément. Les services d’immigration de Tokyo n’ont pas souhaité parler à son sujet, indiquant ne pouvoir s’exprimer sur des cas individuels pour des raisons de confidentialité.

Figure centrale du documentaire « The Cove »

Richard O’Barry s’est rendu célèbre avec son rôle dans la série télévisée Flipper, dans les années 1960, avant de militer contre la captivité des dauphins. Il a été une figure centrale du documentaire The Cove (La baie de la honte), un réquisitoire contre la chasse aux dauphins pratiquée à Taiji, port de pêche historique du sud de l’île de Honshu, long métrage qui avait été couronné d’un Oscar en 2010.

L’activiste avait déjà été arrêté en septembre près de Taiji, la veille du début de six mois de chasse aux dauphins, au motif qu’il n’avait pas son passeport sur lui. Il avait été relâché le lendemain soir.

Mots-clés :