Des volontaires nettoient les berges d'une rivière se jetant dans le lac Titicaca en Bolivie, en juin 2015.
Des volontaires nettoient les berges d'une rivière se jetant dans le lac Titicaca en Bolivie, en juin 2015. - Juan Karita/AP/SIPA

Le lac Titicaca verdâtre, recouvert d’algues et de poissons morts. Le Pérou et la Bolivie, les deux pays dans lesquels s’étire le lac, se sont alliés pour nettoyer les eaux polluées du célèbre lac sud-américain. Ce jeudi, ils ont signé à La Paz un accord pour investir 500 millions de dollars dans la réhabilitation de l’environnement du lac.

Des grenouilles mortes flottent à la surface du lac Titicaca, du côté bolivien. Leur mort serait dûe aux eaux usées qui forment un cocktail mortel d’hydrogène et de sulfites. (Juan Karita/AP/SIPA)

Des usines de traitement des eaux usées

Ces investissements permettront de développer des usines de traitement des eaux usées pour pallier au problème du rejet des déchets dans le lac. Car avec l’augmentation de la population côtière, les déchets en tous genres se retrouvent en grande quantité dans le lac. Par phénomène d’eutrophisation, ils provoquent l’apparition d’algues vertes. Moins visible mais tout aussi inquiétant, des métaux lourds, provenant des mines d’or et d’argent en amont du lac, et des antibiotiques ont été découverts par des scientifiques.

Grenouilles mortes sur le lac Titicaca (Juan Karita/AP/SIPA).

L’accord conclu ce jeudi doit permettre d’ici à 2025 d’assainir les eaux du lac, dont dépendent des milliers de personnes pour se nourrir. Deux espèces de poissons sont en voie d’extinction et la vie des grenouilles et des oiseaux est perturbée dans le lac situé à 3.800m d’altitude.

Mots-clés :