La température de l'air arctique a atteint un record en 2015.
La température de l'air arctique a atteint un record en 2015. - CATERS NEWS AGENCY/SIPA

Alors qu’un accord historique a été signé à l’issue de la COP21 à Paris, les températures relevées dans le cercle arctique n’ont jamais été aussi élevées depuis 115 ans.

Un rapport de l’Arctic report card 2015 publié par l’Agence américaine océanique et atmosphérique (NOAA) indique que la température de l’air arctique est au-dessus de la normale de 1,3 °C.

Une augmentation de 3°C

En moyenne, selon les relevés réalisés entre octobre 2014 et septembre 2015, elle a augmenté de 3°C depuis le début du 20e siècle. C’est le niveau « le plus élevé depuis le début des relevés en 1900 », a précisé l’Arctic report card 2015.

Toujours selon les auteurs de cette étude, la glace a atteint aussi sa surface maximum annuelle le 25 février, soit deux semaines plus tôt que d’habitude, formant « l’étendue maximum la plus faible depuis le début des relevés en 1979 ».

La vie de la faune locale affectée

En outre, la couche de neige diminue de 18 % par décennie depuis cette période. « L’Arctique se réchauffe deux fois plus rapidement que d’autres régions de la planète, et cela a des conséquences pour la sécurité mondiale, le climat, le commerce et les échanges », a expliqué le chef scientifique de la NOAA, Richard Spinrad, dans un communiqué.

La vie des mammifères et des poissons de la région, comme les morses, est également affectée. « La diminution de la glace sur la mer change radicalement l’habitat des morses, de gros mammifères marins qui utilisent d’habitude la glace pour s’accoupler, mettre bas, trouver de la nourriture et se protéger des tempêtes ou des prédateurs », concluent les auteurs.

Mots-clés :