Pollution: 50 % des émissions de CO2 par les 10 % des habitants les plus riches

REJETS POLLUANTS La moitié la plus pauvre du globe n’est responsable que de 10 % des rejets polluants…

20 Minutes avec agences

— 

Illustration pollution.

Illustration pollution. — Images / Rex Features/REX/SIPA

Plus on est riche, plus on pollue. 10 % des habitants les plus riches de la planète sont ainsi responsables de plus de la moitié des émissions de CO2, assure l’ONG britannique Oxfam dans un rapport publié mercredi.

La moitié la plus pauvre du globe n’est quant à elle responsable que de 10 % des rejets polluants. « Le changement climatique est intrinsèquement lié aux inégalités économiques : c’est une crise induite par les émissions de gaz à effet de serre des nantis qui frappe le plus durement des pauvres », affirme le rapport « inégalités extrêmes et émissions de CO2 », alors que la COP21 se déroule en ce moment à Paris.

175 fois plus de CO2 pour les 1 % les plus riches

Il montre qu’une personne qui fait partie des 1 % les plus riches au monde « génère en moyenne 175 fois plus de CO2 qu’une personne se situant dans les 10 % les plus pauvres ». L’étude porte sur les émissions de CO2 directement liées aux modes de consommation individuelle, prenant en compte les produits importés.

Les émissions totales des grands pays émergents comme la Chine (premier pollueur au monde) progressent très vite. Cependant, Oxfam montre que « les émissions liées aux modes de consommation des habitants les plus riches dans ces pays restent bien plus faibles que celles de leurs équivalents dans les pays riches de l’OCDE (organisme de coopération et de développements économiques) ».

Aux pays riches de montrer la voie

« Certes les émissions augmentent rapidement dans les pays en développement, mais une grande partie de ces émissions proviennent de la production de biens consommés dans d’autres pays », souligne l’organisme.

« Les pays en développement doivent faire leur part, mais c’est aux pays riches qu’il appartient de montrer la voie, et d’assumer les conséquences désastreuses de leurs modes de développement et de consommation », estime Romain Benicchio, responsable des politiques climat à Oxfam France.

>> A lire aussi : Sans réduction du CO2, les désastres naturels vont doubler de fréquence

De leur côté, les pays industrialisés tiennent à ce que les grands pays émergents s’engagent davantage dans la lutte contre le changement climatique.

 

Mots-clés :