Comparaison des températures du Pacifique entre l'épisode El Niño de 1997 et celui de 2015.
Comparaison des températures du Pacifique entre l'épisode El Niño de 1997 et celui de 2015. - AP/SIPA

Ne l’appelez plus El Niño (« le petit » en espagnol), mais Bruce Lee. Cette année, le phénomène climatique est de retour et il pourrait être plus fort que jamais : d’après les météorologues américaines de la National oceanic atmosphere administration (NOAA), El Niño a plus réchauffé les zones clés du Pacifique cette année qu’en 1997-98, son dernier record en date. El Niño est si fort en 2015 que les météorologues américains l’ont surnommé « Bruce Lee ».

Carte des températures des eaux de surface sur le Pacifique - NOAA

Les météorologues ont ainsi mesuré que les températures des eaux de surface du Pacifique oriental étaient supérieures de 1,2°C à la moyenne et pourraient atteindre +2°C à l’automne. D’après le Centre de prédiction climatique des Etats-Unis, il y a 85 % de chances qu’El Niño perdure jusqu’au printemps 2016. D’après Météo France, El Niño aura pour impact un trimestre août-septembre-octobre « plus chaud que la normale sur l’Europe, principalement sur l’Europe centrale et les régions méditerranéennes ». L’Est de la France devrait aussi connaître un automne très doux.

La Californie sauvée par les eaux ?

Les années où El Niño prend le contrôle du Pacifique, les eaux chaudes remontent vers les côtes américaines tandis que les eaux froides se dirigent vers l’Australie et l’Indonésie. Il s’en suit des phénomènes climatiques plus ou moins violents, tels que des pluies et des tempêtes en Amérique centrale, des cyclones plus fréquents et souvent une sécheresse en Australie. D’après la NOAA, l’activité cyclonique est déjà très forte cette année dans l’océan Pacifique.

Toutefois, la Californie en proie à une sécheresse historique ne devrait pas attendre de pluies providentielles provoquées par El Niño, a rappelé Mike Halper, de la NOAA : « A ce stade, on ne peut pas encore se réjouir qu’El Niño soit là pour nous sauver ». Il faudrait aujourd’hui à la Californie des pluies 1 fois et demie plus importantes que d’habitude pour combler son déficit en eau. Or, les météorologues rappellent que seulement un épisode fort d’El Niño sur deux a apporté des pluies abondantes.

Mots-clés :