Etats-Unis: La légalisation du cannabis va-t-elle rendre accros les animaux?

DROGUE Un officier anti-drogue américain s’inquiète notamment pour les lapins qui s’aventurent dans les plantations...

Nicolas Beunaiche

— 

Un lapin (illustration).

Un lapin (illustration). — SUPERSTOCK/SUPERSTOCK/SIPA

Dans l’Etat de l’Utah, aux Etats-Unis, le débat sur la légalisation du cannabis à des fins médicales a longtemps porté, comme partout dans le monde, sur les incidences d’une telle mesure sur la santé et l’économie. Et puis, fin février, l’agence anti-drogue américaine a sorti un lapin de son chapeau: selon elle, autoriser la culture de marijuana pourrait mettre en danger… les animaux. Un argument bébête? Pas si sûr.

Auditionné par le Sénat de l’Utah le 26 février, l’agent de la Drug Enforcement Administration (DEA) Matt Fairbanks a expliqué que le cannabis pouvait rendre accros les lapins. Sur un site illégal, raconte-t-il, il a ainsi découvert des lagomorphes qui «avaient cultivé un goût pour la marijuana», sans préciser sous quelle forme ils l'ingéraient (à l'état brut, le chanvre n'a en théorie pas de propriété psychoactive). «L’un d’entre eux refusait de nous quitter, ajoute-t-il. Nous avons coupé toute la marijuana autour de lui, mais son instinct naturel qui aurait dû lui dire de courir avait en quelque sorte disparu.»

Boulettes, barrettes et spacecakes

Des animaux défoncés? Oui, c’est possible. Au centre antipoison vétérinaire de Lyon (Rhône), des chats et davantage encore de chiens sont régulièrement hospitalisés pour intoxication. «La plupart du temps, ils avalent de la résine sous forme de boulettes, de barrettes ou de spacecakes», explique le Dr Adamczyk. Mais, ajoute-t-elle, «il est aussi possible pour un animal de s’intoxiquer en ingérant directement du chanvre», dont l’effet dépendra du dosage et de la concentration toxique.

Dans le meilleur des cas, le cannabis peu chargé aura un effet nourrissant. En 2011, la presse allemande avait ainsi révélé qu’une octogénaire habitant le Land de Brandebourg avait pris l’habitude de donner du chanvre à ses lapins, sans en connaître les effets. Selon elle, «ils adoraient ça». Mais le cannabis peut aussi avoir des effets graves sur les animaux. Dans le Colorado, où son usage thérapeutique a été autorisé depuis 2000, les vétérinaires s’en plaignent depuis des années.

Animaux en danger

Dans un article datant de 2011, le Durango Herald expliquait que les médecins de la ville de Durango avaient constaté un pic du nombre d’intoxications de chiens. «Auparavant, nous n’en voyions qu’un par an, précisait alors un vétérinaire au journal. Aujourd’hui, nous en voyons plusieurs par mois.» Principaux symptômes: crises d’angoisse, dépression, manque de coordination, baisse du rythme cardiaque, vomissements, diarrhées, comas… «Les conséquences sérieuses à long terme et la mort en raison d’une intoxication à la marijuana ne sont jamais évoquées, déplorait à l’époque un autre vétérinaire. Pourtant, les animaux de compagnie qui avalent de la marijuana peuvent faire des crises d’angoisse et des bad trips. Incapables de se déplacer, ils risquent de ne plus pouvoir boire de l’eau et se nourrir.»

La légalisation du cannabis ferait donc bien planer une menace sur les animaux. Mais que peut peser cet argument dans le débat? Pour le Washington Post, le fait qu’un lapin puisse occasionnellement absorber de la marijuana «ne justifie en rien la prohibition, pas plus que des écureuils ivres ne militent en faveur de l’interdiction de l’alcool». Au comité du Sénat qui interrogeait l’agent de la DEA, l’argument n’a d’ailleurs pas fait mouche et le projet a été validé. Il devrait maintenant être débattu par le Sénat de l’Utah dans la semaine. Si les élus de l’Etat ne posent pas de lapin aux pro-légalisation, les Etats où le cannabis à des fins médicales est légal seront alors au nombre de 24.