En 2014, six Français sur dix ont consommé bio régulièrement

ALIMENTATION Le bilan de l’année 2014 est très positif pour la filière bio, d’après les chiffres de l’Agence Bio…

Audrey Chauvet

— 

Illustration de produits bio.

Illustration de produits bio. — GILE MICHEL/SIPA

La bio fleurit dans les placards des Français: selon le baromètre annuel de l’Agence Bio, chargée de la promotion de l’agriculture biologique, 62% des Français ont régulièrement consommé des produits bio en 2014, soit au moins une fois par mois, contre 49% l’année précédente selon un sondage CSA pour l’Agence Bio. Le marché des produits bio devrait atteindre 5 milliards d’euros en 2014, soit une croissance de 10% par rapport à 2013. A quoi est dû ce succès?

La bio, meilleure pour l’environnement et la santé

Les Français semblent de plus en plus convaincus des bienfaits de l’alimentation bio. Ils sont ainsi 87% à estimer ces produits bons pour la santé. Parmi les adeptes du bio, 62% le font pour préserver leur santé. «Cela limite le risque d’être en contact avec des résidus de pesticides dont un certain nombre sont des perturbateurs endocriniens qui modifient le métabolisme», confirme le docteur Laurent Chevallier, médecin nutritionniste auteur de Le livre antitoxique (éd.Fayard). «En prenant les principaux fruits et légumes, ses œufs et ses produits laitiers en bio, on réduit son exposition aux résidus de pesticides de 80% aux résidus de pesticides.  Je le recommande surtout aux femmes enceintes car on sait maintenant qu’un grand nombre de maladies (allergies, troubles de la fertilité) ont une origine fœtale.»

La préservation de l’environnement arrive en seconde place des motivations de la consommation bio: 87% des Français jugent les produits biologiques bons pour l’environnement et c’est une raison de consommation de bio pour 57% des acheteurs. Enfin, 48% des mangeurs de bio vantent la qualité et le goût des produits.

>> Lire notre reportage dans la Drôme: Comment sont cultivés nos fruits et légumes bio?

On trouve du bio partout

Plus besoin d’aller dans des échoppes ésotériques pour trouver des produits biologiques: 80% des consommateurs de bio l’achètent en grandes surfaces, qui représentent la moitié des ventes. Un consommateur sur quatre se rend en magasin spécialisé, un sur cinq directement à la ferme, 29% sur les marchés et 18% chez les petits commerçants. «Les prix ont évolué très modérement, à la hausse comme à la baisse, commente Elisabeth Mercier, présidente de l'Agence Bio. Il y a une tendance à la baisse depuis plusieurs années sur les produits laitiers et on observe de plus de plus de partenariats initiés les distributeurs pour que les agriculteurs soient rémunérés au juste prix.»

>> Peut-on avoir confiance dans les labels bio? Lire les réponses de l’agronome Marc Dufumier

Le bio modifie les comportements d’achat

Entrer en bio comme on entre en religion: pour 39% des consommateurs de produits bio, ce sont leurs comportements alimentaires dans l’ensemble qui ont été modifiés. 67% d’entre eux disent acheter plus de produits de saison, 62% accordent plus d’importance aux produits frais et 57% ont réduit leur gaspillage. Une fois ce changement d’habitudes d’achat opéré, les consommateurs ne reviennent pas en arrière: 92% des consommateurs bio ont l’intention de maintenir ou augmenter leurs achats bio dans les six mois à venir. «La clientèle élargit de plus en plus ses achats, témoigne Catherine Chalom, gérante de deux magasins Biocoop à Paris. Avant ils venaient l’un pour les fruits et légumes, l’autre pour le sans gluten, mais maintenant ils achètent une plus large gamme de produits.»

>> Lire notre interview du chef Alain Passard: «On ne mange pas de tomates en janvier!»

Des produits de tous les jours

Ce ne sont pas les adeptes du quinoa ou du tofu qui font le succès de la filière bio. Les fruits et légumes sont les produits le plus plébiscités: près de 8 consommateurs de produits bios sur 10 en achètent. Suivent les produits laitiers, achetés par 58% des consommateurs de produits bio, puis les produits d’épicerie (huiles, pâtes, riz…), les œufs et les boissons.  En revanche, seulement un consommateur de bio sur trois étend ce choix à la viande et moins d’un sur trois au pain. «La viande bio reste chère, admet Catherine Chalom, mais la qualité est très différente de la viande conventionnelle. Ce n'est presque pas le même produit.»

>> Baobab, fonio ou graines de chia: Qu’allons-nous manger en 2015?

Etude quantitative réalisée online du 22 au 28 janvier 2015 auprès de 500 Français âgés de 18 ans et plus représentatifs de la population française.

Mots-clés :