Photo non datée du glacier Totten, le plus grand de l'Antarctique oriental, publiée le 26 janvier 2015 par l'Organisation pour la recherche scientifique et industrielle du Commonwealth
Photo non datée du glacier Totten, le plus grand de l'Antarctique oriental, publiée le 26 janvier 2015 par l'Organisation pour la recherche scientifique et industrielle du Commonwealth - Esmee van Wijk CSIRO

Le plus grand glacier de l'Antarctique oriental est en train de fondre à cause du réchauffement de l'océan. Totten, qui fait 120 kilomètres de long sur plus de 30 km de large, était pourtant, jusqu'ici, considéré comme étant situé dans une zone épargnée par les courants chauds, où la glace demeurait donc très stable et peu sujette aux variations.

De retour d'une expédition sur place, des scientifiques australiens ont cependant indiqué que l'eau autour du glacier s'était avérée plus chaude qu'attendue et que le glacier allait donc fondre par sa partie immergée.

«L'Est Antarctique est plus vulnérable qu'on ne le pensait»

«Le fait que des eaux chaudes puissent atteindre ce glacier témoigne que l'Est Antarctique est potentiellement plus vulnérable à l'impact du réchauffement global qu'on ne le pensait jusqu'alors», estime aujourd'hui Steve Rintoul, chef d'une expédition menée dans l'Antarctique durant cet été austral.

Le glacier Totten ne devrait pas, pour autant, fondre instantanément, et aucune montée brutale du niveau des mers n'est à craindre. Mais à terme, sa disparition pourrait engendrer une hausse de six mètres du niveau des mers, On rappellera toutefois que le rythme de la fonte des glaciers dans la zone de l'Antarctique la plus exposée à ce phénomène a triplé au cours de la dernière décennie, selon une étude publiée le mois dernier portant sur les 21 dernières années.

Mots-clés :