Manuel Valls déclare le climat «grande cause nationale en 2015»

ENVIRONNEMENT Le Premier ministre l'a annoncé en clôture de la conférence environnementale...

N.Beu. avec AFP

— 

Le Premier ministre français Manuel Valls lors d'un discours à Paris le 27 novembre 2014

Le Premier ministre français Manuel Valls lors d'un discours à Paris le 27 novembre 2014 — Stéphane de Sakutin AFP

La lutte contre les dérèglements climatiques est déclarée «grande cause nationale en 2015», a annoncé vendredi le Premier ministre, Manuel Valls, en clôture de la conférence environnementale.

«Nous avons décidé que la lutte contre le dérèglement climatique serait grande cause nationale en 2015», a déclaré Manuel Valls, en soulignant que la France «en accueillant la conférence (de l'ONU) sur le climat portera une grande responsabilité». «2015 sera une année particulière, une année qui compte», a poursuivi le Premier ministre pour qui il faudra « appeler tous les pays à se fédérer pour lutter contre le réchauffement». «Nous devons limiter nos émissions de carbone», a souligné Manuel Valls. «Pour cela, il faudra que le carbone ait un prix» et «sur ce dossier également, je veux vous assurer de la détermination de la France à trouver les compromis possibles», a-t-il assuré.

«Il faudra obtenir un accord» en 2015

Paris accueillera en décembre 2015 la deuxième conférence de l'ONU sur le climat, qui doit déboucher sur un accord multilatéral et contraignant pour limiter le réchauffement climatique à 2°C par rapport à l'ère pré-industrielle. La température de la planète a déjà augmenté de 0,8°C et se dirige actuellement vers une hausse de 3 à 4 degrés d'ici la fin du siècle, un phénomène dont la rapidité est inédite dans l'histoire climatique et qui met en danger de nombreuses populations. «Car cet accord, il faudra le construire, il faudra l'obtenir», a insisté Manuel Valls.

Lundi, débute à Lima la conférence annuelle de l'ONU sur le climat: elle doit permettre de tracer les grandes lignes de l'accord de 2015. Le Premier ministre a également rappelé l'annonce de François Hollande faite la veille de mettre un terme au soutien public de projets de centrales à charbon, l'énergie la plus émettrice de CO2, sans précision de calendrier.