L'heure de la retraite a sonné pour Sambo. Le seul éléphant encore en activité à Phnom Penh, a été bénie par une foule de moines bouddhistes mardi, un dernier hommage avant son départ pour la jungle où elle devrait couler une confortable retraite après 30 ans de bons et loyaux services.

Âgée de 54 ans, Sambo, qui a passé sa vie à transporter des touristes sur son large dos, était, depuis 1980, une institution au temple Wat Phnom de la capitale cambodgienne. Une infection au pied -- mais aussi le mécontentement des autorités locales qui l'ont accusée de provoquer des embouteillages -- l'a obligée à interrompre ses activités en 2012.

«Sambo est pour moi comme une sœur cadette»

La propriétaire de l'éléphante, ainsi que des défenseurs des droits des animaux, ont souhaité que Sambo soit récompensée pour toutes ses années de labeur, et qu'elle puisse bénéficier d'une retraite loin du brouhaha de la ville. Un espoir rendu possible grâce à des dons internationaux.

«Sambo est pour moi comme une sœur cadette» a déclaré, Sin Sorn, sa propriétaire, âgée de 57 ans, au cours d'une cérémonie d'adieu à la future retraitée qui a reçu une guirlande de fleurs et des fruits. «Je vieillis. Aussi ai-je décidé qu'elle avait besoin d'être dans la nature... elle va me manquer terriblement,» a ajouté Sorn.

L'éléphant d'Asie, une espèce menacée

Grâce à des dons venus du monde entier et de l'Agence américaine pour le développement international, Sambo sera transportée au début du mois prochain dans la province de Mondulkiri, au nord-est du Cambodge, où elle retrouvera son environnement naturel d'où elle avait été arrachée à l'âge de 8 ans. Sambo vivra librement en compagnie de neuf autres congénères dans un parc géré par une organisation pour la préservation des éléphants (ELIE).

Il subsiste au Cambodge environ 78 éléphants domestiqués et 400 sauvages, selon un des responsables d'ELIE, Jack Highwood. L'éléphant d'Asie est classé parmi les espèces menacées figurant sur la liste de l'Union internationale pour la conservation de la nature (UICN).

>> Diaporama: Les people au secours des éléphants

Mots-clés :