Un requin blanc au large de l'Australie.
Un requin blanc au large de l'Australie. - SUPERSTOCK/SIPA

Pour trouver des requins blancs, pas besoin de partir à l’autre bout du monde. Ils sont plus proches que vous ne le croyez. A l’occasion d’une conférence sur les requins en Méditteranée qui se tiendra mercredi à la Maison des Océans à Paris, 20 Minutes a interrogé le biologiste Primo Micarelli, fondateur du centre des requins au sein de l’aquarium Mondo Marino en Toscane.

Quel est l’état de la population des grands requins blancs ?

Leur présence chute. On parle même d’une possible extinction. Selon les dernières évaluations, il n’y aurait plus que de 20 à 30 requins blancs en Méditerranée. Mais nous manquons encore de données précises sur le sujet. Un indice cependant sur l’état de la population. Dans les années 70, il y avait une à deux attaques de requins blancs par an. La dernière remonte à 1988 en Toscane. S’il n’y a plus d’attaque, une des hypothèses, c’est qu’il y a de moins en moins de requins blancs.

Comment l’expliquer?

Les causes sont multiples. D’une part, la pêche des requins blancs qui était autorisée jusqu’en l’an 2.000. Une mâchoire de cet animal pouvait être vendue pour 20.000 euros. D’autre part, les requins blancs voient leurs proies diminuer comme les phoques moines, le thon ou l’espadon. Enfin dernière explication : la pollution de la Méditerranée qui affecte les proies, donc par ricochet les requins blancs en affaiblissant leur système immunitaire.

Pourquoi la présence du requin blanc est importante en Méditerranée?

Il est au sommet de la chaîne alimentaire et permet donc de la contrôler. En Afrique du Sud où nous faisons des études sur les requins blancs, ceux-ci contrôlent notamment la population de lions de mer. Entre 1970 et 1995, en raison d’une pêche importante du requin blanc, il y a eu deux effets immédiats : une augmentation des animaux malades, auparavant mangés par les requins, qui ont contaminé les colonies de lion de mer, mais aussi une baisse du poisson disponible pour les pêcheurs avec l’augmentation de la population de lions de mer. Même si nous manquons de données sur le requin blanc en Méditerranée pour mesurer les conséquences exactes, sa disparition pourrait déséquilibrer la chaîne alimentaire.

Les grands blancs ne représentent donc pas un risque pour l’Homme?

Je ne peux pas dire qu’il n’y a aucun risque. Mais au regard de mon expérience, je constate que le grand requin blanc attaque s’il se sent provoqué. Nous ne faisons pas partie de leur alimentation. On a plus de chance de gagner au casino que de le rencontrer même si on passe une semaine dans la Méditerranée.

Mots-clés :