Le président des îles Maldives Mohamed Waheed a annoncé mercredi à Rio de Janeiro que son pays, un des plus directement touchés par le réchauffement climatique, deviendrait d'ici à cinq ans "le premier pays à devenir une réserve marine" et "la plus grande du monde".
Le président des îles Maldives Mohamed Waheed a annoncé mercredi à Rio de Janeiro que son pays, un des plus directement touchés par le réchauffement climatique, deviendrait d'ici à cinq ans "le premier pays à devenir une réserve marine" et "la plus grande du monde". - Sanka Vidanagama afp.com

Propos recueillis par Audrey Chauvet

Maldives, Bahamas, Seychelles, Ile Maurice… Ces destinations paradisiaques pour les vacances pourraient bientôt disparaître, rayées de la carte par le changement climatique. A l’occasion de la Journée mondiale de l’environnement, le 5 juin, les Nations unies veulent alerter sur l’avenir de ces Petits Etats insulaires en développement (PIED) qui se sont regroupés pour mieux faire entendre leur voix dans les négociations climatiques internationales. Jacqueline Mc Glade, scientifique au Programme des Nations unies pour l’environnement (Unep), estime que ces îles sont menacées de disparition dans les prochaines années.

>> Le monde à +4°C: La carte des zones côtières menacées

Pourquoi les petites îles sont particulièrement vulnérables au changement climatique?

Les dernières preuves fournies par le Groupement intergouvernemental d’experts sur le climat (Giec) indiquent que non seulement le climat a changé, mais il continuera à changer dans le futur. Du point de vue d’un petit Etat insulaire en développement, cela sera particulièrement grave. Beaucoup de ces Etats seront exposés à une hausse du niveau de la mer quatre fois supérieure à la moyenne mondiale. Parallèlement à la modification de leurs régimes de précipitations, ils risquent de perdre leurs récifs coralliens sous l’effet de l’acidification des océans et de la hausse de la température des mers. Cela conduirait à une érosion des rivages, une perte de productivité agricole et des pénuries en eau pour l’industrie touristique.

Toutes ces petites îles sont-elles vouées à disparaître?

Certaines îles sont en grand danger de disparition dans les décennies à venir car elles pourraient facilement perdre la protection de leurs côtes assurée par les récifs coralliens, souffrir de tempêtes et de la hausse du niveau de la mer.

Peut-on encore les sauver ou est-ce déjà trop tard?

Il est possible d’améliorer et de restaurer la santé des récifs de coraux, ce qui compenserait quelques dégâts causés par le changement climatique et la pollution. En réduisant la pression de la pêche, notamment, car elle met en suspension des sédiments qui étouffent les coraux et parce que le manque de poissons provoque une prolifération des algues qui étouffent les coraux. C’est toutefois le changement climatique qui aura le plus fort impact et son atténuation ne fera que retarder l’incursion inexorable de la mer à l’intérieur des îles.

Que deviendront les populations qui y vivent?

Certaines îles construisent des protections pour leurs rivages mais avec une telle pression sur la côte et un arrière-pays montagneux, ce qui est le cas de beaucoup d’îles d’origine volcanique, le vrai problème sera de loger la population locale de façon durable, avec des sources d’énergie renouvelable, un approvisionnement en eau efficace et des pratiques agricoles économes en ressources naturelles.