La menace est transparente, urticante et gélatineuse. Les mers et océans du globe pourraient bientôt être envahis par les méduses, ces animaux primitifs en passe de reprendre le pouvoir dans les eaux du globe. Jacqueline Goy, maître de conférences au Muséum national d’Histoire naturelle de Paris dans le laboratoire d’ichtyologie, tient ce mercredi à Paris une conférence durant laquelle elle expliquera, avec Robert Calcagno, le directeur de l’Institut océanographique de Monaco, pourquoi les méduses nous envahissent.

Pourquoi les méduses sont-elles considérées comme une menace pour les mers?

Elles sont en augmentation dans toutes les mers. En se basant sur des données collectées pendant deux siècles, on a observé que les cycles de douze ans que suivait leur densité étaient rompus. Elles se sont installées depuis 1999 en Méditerranée et ne sont pas reparties. Cela nous indique qu’il s’est passé quelque chose, non seulement en Méditerranée mais partout ailleurs. La quantité de méduses est un indicateur du fonctionnement de l’océan, harmonieux ou non.

Quelles sont les raisons de la recrudescence des méduses?

Nous avons plusieurs pistes. Il est évident que la surpêche a modifié l’équilibre des océans: en prélevant les gros poissons prédateurs, on laisse de la nourriture disponible pour les autres animaux et parmi eux les méduses, très opportunistes, qui se jettent dessus. Ensuite, l’acidification des océans, due à l’augmentation du CO2 dans l’atmosphère, a un effet sur tous les animaux qui ont carapaces: quand elles deviennent plus souples, ils deviennent plus digestes et les méduses peuvent alors manger des petits mollusques pélagiques qu’elles ne mangeaient pas avant et les assimiler complètement. Enfin, la hausse de la température des eaux favorise leur reproduction.

Comment enrayer la prolifération des méduses?

Il faudrait arrêter la surpêche et freiner la concentration de CO2 dans l’atmosphère, ce n’est pas simple! Il va falloir s’habituer à vivre avec.

Quels sont les impacts pour l’homme de la présence de méduses dans les mers?

C’est d’abord très gênant quand on va se baigner sur la plage. Elles bloquent aussi certaines arrivées d’eau de mer pour le refroidissement des centrales nucléaires et des usines de dessalement. Mais elles ont aussi des avantages: on a trouvé du collagène dans les méduses qui est le même que celui de l’épiderme et du cœur humain. On peut l’utiliser dans des crèmes antirides et en médecine pour faire des cultures de peau et de cellules. Les méduses ont également un gène de la bioluminescence qui pourrait être utilisé pour fabriquer les microscopes du futur: ces protéines peuvent être introduites dans des cellules cancéreuses pour en voir la progression, les divisions et multiplications. Ce serait un test biologique extraordinaire.

Mots-clés :