Des touristes chinois place Tiananmen un jour de forte pollution, le 5 novembre 2013 à Pékin
Des touristes chinois place Tiananmen un jour de forte pollution, le 5 novembre 2013 à Pékin - Wang Zhao AFP

La Chine a affirmé mardi qu'elle aborderait à Varsovie la conférence annuelle de l'ONU sur le climat dans un «esprit d'ouverture», à condition qu'elle ne soit pas logée à la même enseigne que les pays industrialisés.

«Tant que prévaudront les conventions et principes adoptés par la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques (...), la délégation chinoise (aux négociations) fera preuve d'ouverture pour un accord», a déclaré le principal responsable chinois des questions climatiques, Xie Zhenhua, dans une conférence de presse à Pékin.

M. Xie a réaffirmé le principe cher à la Chine des «responsabilités communes mais différenciées», selon lequel Pékin considère que la responsabilité de la lutte contre le réchauffement planétaire incombe principalement aux pays développés.

Il a ajouté que la Chine, premier émetteur mondial de gaz à effet de serre, souffrait de la pollution et qu'il était temps pour elle de penser à un nouveau modèle de croissance.

«La Chine souffre d'une grave pollution atmosphérique et le brouillard polluant est devenu une réalité qui affecte lourdement la santé physique et mentale de la population chinoise», a déclaré le «Monsieur climat» chinois.

«C'est l'une des conséquences du modèle de développement obsolète de la Chine et de l'organisation industrielle et énergétique déraisonnable de la Chine», a-t-il poursuivi.

«Rouler en BMW et boire de l'eau polluée, ce n'est pas la modernisation que nous souhaitons», avait déjà déclaré il y a quelques semaines le ministre chinois de l'Environnement Zhou Shengxian, en réponse aux inquiétudes croissantes de la population sur le prix à payer pour le développement du pays.

Varsovie accueillera du 11 au 22 novembre des dirigeants, experts et négociateurs de 190 pays, pour la 19e conférence des Nations unies sur le changement climatique. Ce rendez-vous annuel est censé poser les bases d'un futur accord qui pourrait être conclu à Paris en 2015.

Mots-clés :