Une méduse cousine du turritopsis nutricula.
Une méduse cousine du turritopsis nutricula. - DR

Non, ceci n'est pas le scénario d'un mauvais film catastrophe. Les autorités suédoises ont été forcées de fermer le réacteur numéro 3 de la centrale nucléaire d'Oskarshamn, dimanche, car des méduses étaient coincées dans les tuyaux acheminant l'eau de refroidissement. Mardi, les opérations de nettoyage était terminées et une activité normale devait reprendre mercredi.

Les réacteurs pompent de l'eau de mer et le problème a été causé par «une énorme quantité de méduses», précise à Bloomberg le porte-parole de la centrale, Anders Österberg. Selon les autorités suédoises, il n'y a pas eu de danger de surchauffe comme à Fukushima car le mécanisme d'alerte a parfaitement fonctionné.

Ce n'est pas la première fois que des méduses provoquent l'arrête d'une centrale nucléaire. Cela s'était notamment produit en Californie, en 2005. Selon les experts, l'augmentation de cette population marine atteint des niveaux inquiétants. Elle serait due à la surpêche, qui élimine des prédateurs des méduses. Ces dernières s'adaptent également bien au niveau d'acidité actuel élevé de l'eau des océans.

Mots-clés :

  • Aucun mot-clé