Un oursin violet de Méditerranée.
Un oursin violet de Méditerranée. - Reinhard Dishche/SIPA

Néoplanète

L’histoire se résume en un mot: sérendipité. Alors qu’elle étudiait depuis quelques mois la technique des oursins pour fabriquer leur exosquelette à partir de gaz carbonique, ce docteur de l’Université de Newcastle (UK) trouve à la surface des os une forte concentration de nickel. Elle décide de prélever le nickel puis de le plonger dans un bain d’acide carbonique. Le résultat est fulgurant: ce mélange absorbe le gaz carbonique dans l’air puis le transforme en carbonate c’est-à-dire en craie. Conclusion : le nickel s’avérerait capable d’absorber ce fameux CO2 qui pollue la planète et nos organismes.

Lire la suite sur Néoplanète

Plus d’info

UE: Omerta sur les alertes sanitaires liées à l’environnement

Les 3 pouvoirs écologiques de l’urine

Les pâtes à tartiner écolo, ça vaut quoi ?