Eléphantes meancées d'euthanasie à Lyon: François Hollande répond à Brigitte Bardot

ANIMAUX Le président de la République a demandé un diagnostic approfondi des deux éléphantes....

© 2013 AFP

— 

François Hollande a demandé lundi à son ministre de l'Agriculture Stéphane Le Foll "d'approfondir les éléments de diagnostic de l'état sanitaire" des deux éléphantes de Lyon, potentiellement tuberculeuse, menacées d'euthanasie, selon la Fondation Bardot.

François Hollande a demandé lundi à son ministre de l'Agriculture Stéphane Le Foll "d'approfondir les éléments de diagnostic de l'état sanitaire" des deux éléphantes de Lyon, potentiellement tuberculeuse, menacées d'euthanasie, selon la Fondation Bardot. — Philippe Desmazes AFP

François Hollande a demandé lundi à son ministre de l'Agriculture Stéphane Le Foll «d'approfondir les éléments de diagnostic de l'état sanitaire» des deux éléphantes de Lyon, potentiellement tuberculeuse, menacées d'euthanasie, selon la Fondation Bardot. «J'ai demandé au ministre de l'Agriculture M. Stéphane Le Foll d’approfondir les éléments de diagnostic sur l'état sanitaire des animaux et sur la réalité des traitements disponibles en cas d'atteinte par la tuberculose, sur la base notamment des éléments que lui communiquera votre Fondation», a écrit le président de la République dans une lettre adressée à Brigitte Bardot et rendue publique par sa Fondation.

«Je suis attentif à cette question»

Après Gérard Depardieu, Brigitte Bardot, passionaria de la cause animale, avait menacé le 4 janvier de demander la nationalité russe si les autorités françaises décidaient d'euthanasier ces deux éléphantes malades à Lyon. François Hollande a répondu à la demande de l'ancienne actrice qui souhaite récupérer et sauver de la mort, Baby et Népal, les pachydermes du Cirque Pinder en pension au Parc de la Tête d'Or à Lyon. «J'ai bien relevé par ailleurs vos préoccupations concernant la communication des résultats d'analyse, votre demande de contre-expertise et enfin, les propositions de votre Fondation s'agissant du placement et du traitement des animaux», a ajouté le chef de l’État. «Je suis attentif à cette question et je tiendrai informée votre Fondation», a-t-il ajouté de sa main.

Un pourvoi a été déposé au Conseil d’État par les avocats du cirque Pinder pour demander la suspension de l'euthanasie, décidée par la préfecture, selon laquelle les deux pachydermes sont atteints de tuberculose. Début janvier, le cabinet de François Hollande avait indiqué que l'exécutif laissait la justice suivre son cours sur ce dossier. «Il n'appartient plus au gouvernement d'intervenir dans le déroulement de la procédure judiciaire en cours», avait estimé la directrice de cabinet du président de la République dans un courrier du 2 janvier destiné au dirigeant du cirque Pinder.

Mots-clés :