Extrait du documentaire "Global gâchis", d'Olivier Lemaire, diffusé le 17 octobre 2012 sur Canal+.
Extrait du documentaire "Global gâchis", d'Olivier Lemaire, diffusé le 17 octobre 2012 sur Canal+.

Audrey Chauvet

Une cuillère pour maman, une cuillère pour la poubelle. C’est à peu près ce qui se passe quotidiennement dans le monde, alors qu’environ un milliard d’humains ne mangent pas à leur faim. Selon un rapport de l’Institution of Mechanical Engineers (IME) britannique, la moitié de la nourriture produite dans le monde est jetée au lieu d’être consommée.

Selon leur rapport, 30% à 50% de la production mondiale, soit de 1,2 à 2 milliards de tonnes d’aliments, n’arrive jamais dans les assiettes. Les coupables de ce gaspillage sont nombreux, tout au long de la chaîne, qui commence par de mauvaises conditions de transport et de stockage des produits bruts. Ensuite, les exigences esthétiques des distributeurs mènent à la benne tous les fruits et légumes qui n’ont pas les mensurations parfaites: l’étude estime que 30% des légumes britanniques seraient concernés.

Deux pour le prix d’un, c’est souvent un pour la poubelle

Pour les produits rescapés arrivés sur les étals, il faut ensuite vite séduire le consommateur sinon c’est la poubelle qui les attend avant même de ne plus être consommable. Quant aux offres «deux pour le prix d’un», elles incitent souvent le consommateur à acheter plus que de besoin, et bien souvent le deuxième produit finit à la poubelle.

«La quantité de nourriture perdue dans le monde est stupéfiante, explique Tim Fox, responsable de l’environnement et de l’énergie de l’IME. Ces aliments pourraient nourrir la population mondiale croissante et ceux qui ont faim aujourd’hui. C’est également un gaspillage de terres, d’eau et de ressources énergétiques qui ont été utilisées pour produire, transformer et distribuer cette nourriture.» Le rapport appelle les gouvernements occidentaux à agir contre le gaspillage, aussi bien en aidant les agriculteurs à mieux produire qu’en faisant évoluer les mentalités des consommateurs.