Une abeille butine un tournesol.
Une abeille butine un tournesol.

Audrey Chauvet

On ne sait pas si elles préfèrent le cubisme à l’impressionnisme, mais les abeilles ont, pour sûr, une certaine culture artistique. Plus exactement, des facultés cognitives que l’on ignorait: des chercheurs australiens ont démontré que les abeilles étaient capables de distinguer un tableau de Picasso d’un tableau de Monet.

«Reconnaître des styles artistiques n’est pas unique aux humains»

Les insectes auraient en effet des capacités d’apprentissage visuel qui dépassent la simple vision des couleurs et des formes. Le cerveau des abeilles, bien que microscopique, pourrait traiter des informations visuelles complexes et faire la différence entre des paysages, des types de fleurs ou des visages humains. Mais entre des styles picturaux différents, les chercheurs ont été surpris de l’acuité des abeilles.

«Nous avons démontré que les abeilles ont appris à distinguer cinq tableaux différents de Monet et Picasso et que cela ne reposait pas sur la luminosité ou la couleur», explique Judith Reinhard, de l’université de Queensland. «Notre étude suggère que reconnaître des styles artistiques n’est pas une fonction cognitive supérieure unique aux humains, mais seulement une capacité des animaux à extraire et catégoriser des caractéristiques visuelles issues d’images complexes.» Ainsi, les abeilles seraient autant capables que nous de savoir que Guernica et Les demoiselles d’Avignon ont été peints par le même artiste. Si vous avez oublié de qui il s’agit, il va falloir réviser dard-d’art.