Roland-Garros 2013: Simon-Federer (1-6, 6-4, 6-2, 2-6, 3-6) à revivre en live comme-à-la-maison

4 contributions
Publié le 13 septembre 2012.

84% des Français ont déjà entendu parler du gaz de schiste, 44% disent savoir vraiment de quoi il s'agit, dont une grande majorité est hostile à son exploitation, selon un sondage Ifop réalisé pour Le Monde, et publié jeudi sur le site du quotidien.

Selon ce sondage (27 au 30 août, en ligne, 2004 personnes interrogées, méthode des quotas), 74% des Français disant connaître ce qu'est le gaz de schiste estiment qu'il ne faut pas autoriser son exploitation, car les risques et l'impact environnemental sont trop importants.

26% pensent qu'il faut l'autoriser, car cela permettrait de créer des emplois et fournirait une énergie bon marché.

Les personnes se disant de gauche sont à 86% hostiles (97% chez les sympathisants des Verts), celles proches de l'UMP à 55%.

Même le forage dans un but d'expérimentation et de recherches ne trouve pas une majorité de partisans. 44% qui savent de quoi il s'agit, 52% y sont opposés (dont 32% tout à fait opposés), 48% y sont favorables (dont 19% tout à fait favorables).

Un clivage existe selon les opinions politiques et les sexes : ils sont à gauche 66% contre et à droite 63% pour, 58% des hommes sont pour, 68% des femmes sont contre.

94% des personnes connaissant le gaz de schiste pensent que son exploitation consomme de très grandes quantités d'eau, 88% qu'elle contribue à la pollution des nappes phréatiques et 86% que c'est une technique que l'on maîtrise mal. 52% pensent que cela ne ferait pas baisser le prix du gaz, ni ne limiterait le recours à d'autres énergies.

Mais 67% estiment que les ressources sont importantes en France, 61% que l'exploitation augmenterait l'indépendance énergétique de la France, 56% que cela permettrait de créer de nombreux emplois.

83% de ceux qui connaissent le sujet font confiance aux scientifiques pour les informer, 68% aux associations et 54% aux écologistes. Seulement 27% font confiance aux entreprises du secteur de l'énergie.

"Si ce sujet n'avait pas créé la polémique, nous ne serions certainement pas à de tels niveaux de connaissance", souligne Jérôme Fourquet (Ifop), cité par le Monde.

© 2012 AFP
Newsletter
HIGH-TECH

Recevez une fois
par semaine
toute l'actualité high-tech

publicité
publicité
publicité
publicité
Les dernières contributions

Chargement des contributions en cours

Réagissez à cet article
Vous souhaitez contribuer ? Inscrivez- vous, ou .
Confirmer l'alerte de commentaire
Annuler
publicité
publicité
Se connecter avec Facebook
S'identifier sur 20minutes.fr