Tom Cruise le 8 juin 2012. 
 Tom Cruise le 8 juin 2012.  - Tammie Arroyo/AP/SIPA

Annabelle Laurent

«C’est long, ennuyeux et faux». C’est ainsi que l’avocat de Tom Cruise a qualifié l’enquête de Vanity Fair qui passionne et fascine Hollywood et bien au-delà. Au cœur de cet article ambitieux signé Maureen Orth, la description d’un «projet top secret», un «processus d’audition» qu’aurait orchestré par la Scientologie en 2004 pour «trouver une épouse à Tom Cruise» avant qu'il ne se marie avec Katie Holmes en novembre 2006. 

Une certaine Nazanin Boniadi, actrice membre de la Scientologie dont on s’était assuré qu’elle remplirait tous les critères de la parfaite épouse en la soumettant à une série de questions portant y compris «sur des détails de sa vie intime», aurait été, après un mois de «bonheur», écartée du casting. On lui aurait expliqué que l’acteur «voulait rencontrer quelqu'un possédant une force de caractère propre, comme Nicole Kidman», dont Tom Cruise avait divorcé en 2001.

Une «répétition de mensonges éculés»

«L’article de Vanity Fair est essentiellement la répétition de mensonges éculés déjà évoqués dans des tabloïdes de bas niveau et citant les mêmes sources bidons», rétorque l’avocat de Tom Cruise dans une déclaration envoyée par mail.

L’église de la Scientologie conteste de son côté la solidité des sources de Vanity Fair qui, selon elle, «se fondent exclusivement sur un petit groupe d’opposants à la Scientologie, une poignée d’apostats, menteurs patentés et adeptes du parjure faisant leur auto-promotion».