Le mannequin Linda Evangelista à la sortie d'un tribunal de New York, le 4 mai 2012.
Le mannequin Linda Evangelista à la sortie d'un tribunal de New York, le 4 mai 2012. - R.KIM / GETTY IMAGES / AFP

Corentin Chauvel

François-Henri Pinault a le goût des montres et des belles femmes, mais ces dernières ne le lui rendent pas toujours bien. C’est ainsi que la top-modèle canadienne Linda Evangelista, avec qui il a passé quatre mois en 2006, lui réclame une pension de 35.000 euros mensuels pour le bébé qu’ils ont conçu lors des sept jours qu’ils ont passé effectivement ensemble, rapporte Le Parisien ce lundi.

L’histoire a commencé l’an dernier lorsqu’a été publiquement dévoilé le nom du père du petit garçon de 5 ans, nommé Augustin. Dans la foulée, l'ex-mannequin de 46 ans a déposé sa demande de pension devant un tribunal de New York alors que François-Henri Pinault affirme pourtant avoir déjà tenté de négocier une pension depuis 2007, sans succès.

«La pension la plus élevée jamais accordée par un tribunal new-yorkais»

Linda Evangelista voulait toujours trop et ces 35.000 euros mensuels seraient d’ailleurs, s’ils lui étaient accordés par la justice, «la pension la plus élevée jamais accordée par un tribunal new-yorkais», indique Le Parisien. Le mannequin se justifie notamment par la fin de son contrat avec L’Oréal en 2010 qui lui rapportait 1,37 millions d’euros par an.

Puis François-Henri Pinault, 49 ans, n’a pas vraiment gâté le petit Augustin: deux cadeaux en cinq ans. «Cela avait quelque chose à voir avec un piano», s’est-il souvenu pour l’un d’eux lors des audiences qui ont débuté la semaine dernière. En comparaison, sa fille Valentina, née de la relation actuelle de l’homme d’affaires avec l’actrice mexicaine Salma Hayek, a obtenu une maison à Los Angeles d’une valeur de neuf millions d’euros, et la fillette n’a que quatre ans.

La défense de Linda Evangelista insiste ainsi sur le train de vie fastueux du fils de François Pinault (100.000 euros de dépenses en montres et 35.000 en frais de jardin en 2010 par exemple) pour espérer s’attirer les faveurs du tribunal. Dans le camp de l’homme d’affaires, on fait valoir une somme «ridicule» qui n’est «pas liée à Augie (le surnom dAugustin, ndr) mais à Linda Evangelista». Elle servirait en effet à payer notamment un garde du corps, un chauffeur et une baby-sitter au petit garçon. Les audiences doivent se poursuivre jusqu’à mardi.