- NIKO/NIVIERE/LORENVU/SIPA

Sandrine Cochard

Faut-t-il défendre Roman Polanski? Alors que de nombreuses figures du 7e art et de la classe politique française ont pris le parti du réalisateur, les internautes de 20minutes.fr pensent au contraire que son cas est indéfendable.

En cause: la nature du crime (viol sur mineure) pour lequel est poursuivi Roman Polanski depuis plus de trente ans. «Cela ne doit pas rester impuni... Pas étonnant qu'il soit soutenu par le show-business, décadence et débauche sont leurs moteurs et modes de vie», s’indigne Nicopter.
 
«Il ne faut pas condamner l'artiste, mais l'homme. Les antécédents de sa vie (déportation de sa mère, la tuerie dont ont été victimes ses amis) n'excusent pas son acte. Puis il a pris le parti de prendre la fuite plutôt que d'assumer son geste, ce qui lui aurait évité ce retour de bâton qu'il éprouve aujourd'hui. C'est un juste retour des choses», estime Nathansatva qui déplore le fait que le réalisateur n’a «jamais formulé d'excuses à l'encontre» de Samantha Geimer.
 
Notoriété ne veut pas dire impunité
 
Les internautes ont l’impression d’une justice à deux vitesses. «Si Monsieur Polanski était monsieur tout le monde, on trouverait normal qu'il soit jugé. La France et nos ministres n'ont pas à s'occuper de cette affaire. Notoriété ne veut pas dire impunité», tranche just95. «Sa célébrité ou sa carrière ne peuvent en aucun cas lui épargner d'être jugé, d'ailleurs je m'étonne que ça ne soit fait que 30 ans près les faits. Je préfère pas de justice qu'une justice partiale», renchérit AlgerianGeek.
 
Et Lohke75 de conclure sur ce point: «De toute façon ce n'est pas la question de sa culpabilité qui est en jeu puisqu'il a plaidé coupable. Ce point-là est déjà réglé. La question est de savoir s’il peut échapper à sa peine grâce à sa notoriété, ce qui va à l'encontre du principe d'égalité de notre belle Déclaration des droits de l'Homme et du Citoyen. Notre cher ministre de la Culture et de la Communication devrait parfois la relire...»
 
Pardon?
 

Pas question donc de voir le réalisateur échapper à la justice, et ce, même si les actes remontent à plusieurs dizaines d’années. «Non! Non! Non! J'ai une fille de 13 ans. Alors c’est inacceptable. Même si c’était 50 ans après, pas de prescription», tonne papa75.
 
Plus modéré(e), Agrafe estime que Roman Polanski peut prétendre au pardon. «Je ne connais pas les faits et les conséquences qui ont amené à cet acte odieux. Mais connaissant les USA, la punition devait être trop sévère car dans leur petit monde puritain ils n'ont retenu de la bible que la colère et le châtiment, en omettant le pardon. Polansky est aujourd'hui totalement équilibré et ne présente aucun danger pour la société donc quel intérêt de le mettre en prison? Juste la vengeance? La gamine de l'époque, elle en pense quoi maintenant? Est-ce que, 30 ans après, elle a envie de se remettre tout ça en tête? Est-ce qu'elle a vraiment envie que ses collègues, ses amis, ses enfants lui disent: "Alors c'est toi la gamine qui s'était faite violer par Polanski??"» s’interroge Agrafe.
 
Quant à papillondeparis, elle estime que Polanski est victime d’une «chasse aux sorcières» et d’un «lynchage médiatique».
 
Vous pouvez continuer à réagir en laissant vos commentaire ci-dessous.