La famille Versace n’approuve vraiment pas «American Crime Story»

FILM Deux communiqués en quatre jours, c’est beaucoup…

20 Minutes avec agences

— 

Le cast d'American Crime Story

Le cast d'American Crime Story — WENN

Le producteur Ryan Murphy a présenté hier en avant-première à Los Angeles la nouvelle saison d’American Crime Story, consacrée au meurtre du styliste Gianni Versace, assassiné par le tueur en série Andrew Cunanan. Si tout semblait bien se passer sur le tapis rouge de l’événement, du côté de l’Italie, dans la maison mère de la maison de couture, l’ambiance n’est pas à la fête.

Les héritiers de Gianni Versace ont publié pas moins de deux communiqués depuis lundi pour dénoncer la série qui se fonde sur le livre-enquête paru en 1999 de Maureen Orth, Vulgar Favors : Andrew Cunanan, Gianni Versace, and the Largest Failed Manhunt in U. S. History.

>> A lire aussi : VIDEO. Les dix-huit séries américaines les plus attendues de 2018

Problème de véracité

Dans le premier communiqué, envoyé lundi, la famille du styliste affirme ne pas avoir « autorisé d’aucune façon ni être impliqué dans la série à venir », se désolidarisant complètement du projet considéré comme « une œuvre de fiction ».

Dans leur deuxième communiqué, publié mercredi, on peut lire : « La société qui produit la série affirme qu’elle s’inspire du livre de Maureen Orth, mais le livre de [Maureen] Orth est lui-même plein de rumeurs et de spéculations. Orth n’a jamais reçu d’informations de la famille Versace et elle n’a aucune base pour faire des déclarations à propos de la vie privée de Gianni Versace ou d’autres membres de la famille. »

De son côté, Ryan Murphy, le producteur exécutif, a balayé tout ça d’un revers de main auprès de Harper’s Bazaar. « Tout ce que je sais : Donatella [Versace] a envoyé des fleurs à Penelope Cruz [qui joue son rôle dans la série] hier. Elles sont très proches. Quant au fait qu’il s’agisse d’un "travail de fiction", je ne suis pas d’accord. C’est fondé sur une enquête, et non un roman, qui a été acclamée et est signée Maureen Orth. »