Une vague d’émotion ! Johnny Hallyday est mort dans la nuit de mardi à mercredi, a annoncé via un communiqué, son épouse, Laëticia. Le décès du Taulier à l’âge de 74 ans a suscité une vive émotion chez les artistes français, mais aussi à l’étranger, où l’on salue l’Elvis français.

>> A lire aussi : >> A lire aussi : EN DIRECT. Mort de Johnny Hallyday: «Mon homme n'est plus», annonce Laëticia

« Nous avons perdu notre père. Notre douleur est immense »

« Aujourd’hui nous avons perdu notre père. Notre douleur est immense », ont déclaré à l’AFP les deux premiers enfants de Johnny Hallyday, Laura Smet et David Hallyday.

« Merci du soutien que vous nous apportez et de vos messages, qui nous touchent et qui comptent énormément pour nous », ajoutent-ils dans ce court texte signé « David et Laura, Laura et David ».

« Johnny Hallyday, c’était comme un fils », a confié Line Renaud

« Johnny Hallyday est parti. Jean-Philippe Smet est décédé dans la nuit du 5 décembre 2017. J’écris ces mots sans y croire. Et pourtant, c’est bien cela. Mon homme n’est plus. Il nous quitte cette nuit comme il aura vécu tout au long de sa vie, avec courage et dignité », a déclaré dans un communiqué son épouse Laëtitia. « Johnny était un homme hors du commun. Il le restera grâce à vous. Surtout, ne l’oubliez pas. Il est et restera avec nous pour toujours. Mon amour, je t’aime tant », a conclu Laëticia Hallyday.

« Comme toute la France, mon cœur est brisé », a déclaré la chanteuse Sylvie Vartan, qui fut la première épouse de Johnny Hallyday, décédé à 74 ans des suites d’un cancer des poumons dans la nuit de mardi à mercredi. « J’ai perdu l’amour de ma jeunesse et rien ne pourra jamais le remplacer », ajoute dans ce communiqué Sylvie Vartan, sa première épouse et la mère de son fils David, né en 1966.

« Johnny Hallyday, c’était comme un fils », a confié Line Renaud au micro de RTL. « Johnny ne s’éteindra jamais, il n’y aura plus jamais de phénomène Johnny en France, il ne mourra pas comme ça. Cette amitié est toujours restée, il m’a toujours appelée marraine, c’était comme un fils pour moi », a poursuivi Line Renaud.

« Je suis dans un bain de tristesse, je viens de perdre plus de 35 ans de ma vie, j’ai eu la chance grâce à Laetitia de passer la soirée de samedi dernier avec lui. C’est une perte immense et c’est le patrimoine national qui s’en va mais c’est surtout l’ami, l’ami avec qui j’ai vécu de tellement bons moments », a confié son manager au micro de RTL.

« J’ai perdu plus qu’un ami, j’ai perdu mon frère », a confié Eddy Mitchell

« J’ai perdu plus qu’un ami, j’ai perdu mon frère », a confié Eddy Mitchell, son ami de toujours, avec qui Johnny avait fait sa dernière tournée intitulée « Les Vieilles Canailles ».

« Il a eu un courage énorme. Tout le monde oubliait qu’il avait telle ou telle maladie cette espèce de crabe de merde… je voyais quand il venait faire le bar comme c’était à chacun à notre tour… lui il envoyait vraiment la patate, la sauce et je savais qu’il souffrait énormément, enfin c’était terrible. Là le côté "coulisses" n’était pas beau à voir, ça faisait mal, mal pour lui, c’était assez gênant. Et d’ailleurs je remercie souvent le public, j’ai souvent dit merci de l’avoir accueilli comme ça peut-être aussi bien qu’avant voire mieux. Au moins ça requinque notre Johnny, ça lui fait un bien énorme, c’est une très bonne chimio tout ça.
Il avait beau faire de la gonflette, s’entretenir etc. c’est à l’intérieur que c’était balaise quand même, chapeau ! », a raconté au micro de RTL son autre compère de toujours, Jacques Dutronc.

« J’ai une double réaction… je suis terriblement bouleversé. Mais quand on a un ami, c’en était un, je crois qu’on pas envie que cette personne souffre. Evidemment je suis bouleversé par son départ, bien sûr je suis triste qu’il soit parti. Mais en même temps, j’ai un ami qui ne souffre plus. Je crois que c’est très important… Je suis évidemment excessivement triste. Mais en même temps je suis triste et libéré. J’ai un ami qui ne souffre plus.
Il a été là pour moi depuis le début de ma carrière. Très souvent, je suis allé voir Johnny quand j’étais en classe. Tout le monde pense que je suis en train de me rajeunir. Pas du tout. Il a commencé, il avait 16 ou 17 ans. Je suis allé le voir à l’Alhambra quand il passait en première partie de Raymond Devos et je l’avais trouvé extraordinaire. Je savais que c’était quelqu’un qui allait révolutionner, qui allait changer le music-hall, ce qu’il a fait », a confié son ami Michel Polnareff.

« J’ai filmé son dernier concert en solo à Vienne pour le film. Et puis j’ai filmé sa dernière séquence avec Jean Dujardin et Antoine Duléry. Et j’ai filmé son premier scopitone, sa première chanson. J’étais là au début et à la fin », a rappelé le cinéaste Claude Lelouch, au micro de RTL. Et d’ajouter : « ll faut qu’on transforme tout ça en une grande fête, parce que Johnny était un enfant toute sa vie, il a fait la fête toute sa vie, il a vécu 1000 vies, il a eu la chance de goûter à tous les parfums. Et ça n’a pas de prix. »

« Tellement triste », a souligné son ami Patrick Bruel sur Twitter. Amanda Sthers, coauteur d’une biographie du chanteur intitulée Dans mes yeux a confié sur Europe 1 : « C’est un chagrin qui nous dépasse tous, celui de perdre un symbole : Johnny c’est le marqueur d’une génération, il nous rappelle selon nos âges que nos parents sont mortels ou que nous sommes mortels, alors qu’il incarnait à mes yeux et pour beaucoup de gens la force, la survie, l’immortalité. »

« Johnny c’est l’histoire de France », souligne Sheila

« Mes souvenirs vous savez, ça date de 1963, c’est une des premières fois où je l’ai rencontré, et où l’on a travaillé ensemble on avait été faire des photos à La Mer de Sable habillés en cowboys. Comme tout le monde Johnny, on était tous admiratif… moi j’ai chanté avec lui, j’ai fait plein de duos.. j’ai fait Elle est terrible, j’ai fait Mon p’tit loup au Zénith avec lui. Avec Johnny ça a toujours été simple, il disait que j’étais sa petite sœur, depuis le Zénith depuis 1985, j’ai toujours été traitée comme tel même si on ne se voyait pas beaucoup. Johnny, quand on se retrouvait c’était comme si on s’était quitté la veille. Johnny c’est une partie intégrante de ma vie, de l’histoire de la chanson française, de notre époque… Johnny c’est l’histoire de France », a réagi Sheila au micro de RTL.

David Guetta salue « un homme libre et généreux »

« Ce matin, le monde tourne aussi bien ou aussi mal que d’habitude, mais sans Jean d’O et Johnny il est un peu moins enchanteur », a posté le président de l’Académie Goncourt, Bernard Pivot.

« J’ai le blues. Adieu Johnny. On ne t’oubliera jamais », a écrit sur Twitter l’animatrice Cristina Cordula.

« Notre fierté nationale nous a quittés, un artiste rassembleur dans le plus noble sens du mot, un homme libre et généreux, dont j’admire la carrière », a écrit le DJ David Guetta sur Instagram.

« Je croyais Johnny immortel et indestructible comme sa musique et ses chansons », a souligné Stéphane Bern sur Twitter.

Céline Dion a salué « un géant du show-business »

L’émotion liée à la mort de Johnny Hallyday a franchi les frontières. « Votre amitié, votre douceur et votre soutien sont imprimés dans mon cœur. C’est un honneur de vous connaître et d’avoir passé du temps avec vous et votre belle famille. Ton âme est pure Rock and Roll. Repose en paix », a déclaré sur Twitter l’Américain Lenny Kravitz.

La Québécoise Céline Dion a salué « un géant du show-business ».

>> Plus d’informations à venir