VIDEO. Taylor Swift menace de procès un blogueur

LIBERTE D'EXPRESSION L’American Civil Liberties Union s’en mêle…

20 Minutes avec agences

— 

La chanteuse Taylor Swift

La chanteuse Taylor Swift — WENN

  • Un article de blog Popfront rapproche Taylor Swift de la cause du suprématisme blanc avec son titre «Look What You Made Me Do».
  • La chanteuse a cherché à faire supprimer l’article en question.
  • L’ACLU a débouté cette dernière et donné raison à l’article.

Au mois d’août dernier, les fans de Taylor Swift voyaient leur attente gratifiée par un retour en fanfare de leur idole avec Look What You Made Me Do. La chanteuse a toujours su laver son linge sale en musique, et une fois n’est pas coutume, la vidéo voit s’enchaîner des tableaux glorieux de la chanteuse, triomphant de ceux qui l’ont calomnié durant sa carrière.

Mais ces jours-ci, le titre pourtant plus qu’égocentrée a pris une dimension politique après qu’un article publié sur le blog PopFront a rapproché l’artiste du front des suprémacistes blancs. Meghan Herning, l’auteure du poste daté du 5 septembre, considère en effet que Taylor Swift « soutient les mouvements nationalistes blancs à travers des paroles qui parlent à leur colère, leur égoïsme et au sentiment que tout leur est dû ».

>> A lire aussi : VIDEO. Kanye West réapparaît sur un morceau et semble pointer Taylor Swift

La mauvaise réputation 

N’adhérant absolument pas à cette interprétation de son texte, la chanteuse a cherché à préserver sa réputation en tentant de faire retirer l’article par le biais de ses avocats. Et le fait est que l’ACLU a rejeté cette demande et débouté l’artiste.

3 days until #reputation

A post shared by Taylor Swift (@taylorswift) on

Dans un communiqué relayé par USA Today, l’avocat de l’association des libertés civiles américaines a déclaré : « Mme Herning et PopFront n’accéderont d’aucune façon à votre demande en supprimant des propos protégés constitutionnellement. Le blog poste un mélange de discours politiques et de commentaires critiques ; discutant la politique en cours dans ce pays, la récente montée du suprématisme blanc, et le fait que certains suprémacistes blancs se sont réclamés de Mlle Swift. »