VIDEO. La vie amoureuse de Johnny Hallyday, un vrai roman-photos

AMOUR Les cinq mariages et les nombreuses aventures sentimentales de Johnny Hallyday ont fait la joie de la presse people…

Alice Coffin

— 

Laeticia et Johnny Hallyday, le 4 juillet 2016 à Paris.

Laeticia et Johnny Hallyday, le 4 juillet 2016 à Paris. — Zacharie Scheurer/AP/SIPA

Johnny Hallyday, c’est des millions d’albums vendus, des milliers de concerts, mais aussi un nombre record de couvertures de magazines, Paris Match en tête. Le récit médiatique de Johnny se nourrit plus des amours du rocker que de ses chansons.

Ce sont à ses cinq mariages, les divorces ou les enfants qui les ont suivis, que l’idole doit son immense aura de people français numéro 1. Pace que, parait-il, le taulier avait grand succès.

Last days in #StBarth photo @yaelabrot

A post shared by Johnny Hallyday (@jhallyday) on

Dans son autobiographie Dans mes yeux, rédigée avec Amanda Sthers, il dit de Claude François : « Il draguait mes nanas et, en désespoir de cause, il se tapait mes ex », et explique comment il s’y est pris pour refuser les insistantes avances d’Edith Piaf. Voici les grandes étapes de sa vie sentimentale, telle du moins qu’elle est apparue sur papier glacé.

  • Sylvie Vartan, « Salut les Copains » et Europe 1

Les biographies mentionnent bien une certaine Claude de Bécon-la-Bruyère au rayon premier amour, mais c’est l’idylle puis le mariage avec Sylvie Vartan, et la naissance de leur fils David qui marquent les vrais débuts de la médiatisation de ses amours. Leur histoire défile dans les pages du magazine Salut les Copains et Europe 1 les présente comme « les fiancés du yéyé ». Leur mariage le 12 avril 1965 à Loconville est si suivi que « Sylvie manque de mourir étouffée »…

  • Nathalie Baye, Laura Smet, Adeline Blondieau

Après avoir divorcé avec Sylvie en 1980, Johnny épouse et se sépare aussi vite d’Elisabeth Etienne. Puis il rencontre, en 1982, sur un plateau de télé l’actrice Nathalie Baye. Elle sort d’une relation de sept ans avec l’acteur Philippe Léotard. Ils auront une fille, Laura Smet, née le 15 novembre 1983. Elle laissera sa voix imprimer les débuts de Quelque chose de Tennessee. Ils se séparent à l’amiable en 1986.

En 1989, Johnny épouse Adeline Blondieau, la fille de son ami Christian Blondieau, dit Long Chris. Elle est également la Caroline ou Maître Drancourt de la série Sous le Soleil. Ils se marient d’ailleurs à Saint-Trop’lors d’une cérémonie un brin moquée par le présentateur du JT de l’époque, Philippe Lefait. Il la qualifie de « fête très chère à la mesure des fans, des médias »

Ils divorceront en 1992, se remarieront, et redivorceront en 1995. Depuis, Adeline Blondieau a attaqué Johnny Hallyday en diffamation après la parution de l’autobiographie du chanteur où il la qualifiait de « serpent qui (le) cocufiait tout le temps ». La cour d’appel de Paris avait d’ailleurs tranché en la faveur de l’ex-épouse de Johnny, en condamnant le chanteur à 2.500 euros de dommages et intérêts, solidairement avec son éditeur.

  • Laeticia, qui lui laisse ses moments de « disjoncte » et de « destroyance »

Et puis, enfin, vint Laeticia. Laeticia Bondiou qui selon Eric Le Bourhis, auteur de Johnny, l’incroyable histoire, « lui laisse ses plages de liberté, ses moments de "disjoncte" et de "destroyance" ». Leur rencontre a lieu en 1995 et leur histoire aura duré jusqu’à sa mort. Là encore, la presse est de la partie suivant la première grossesse non menée à terme de Laeticia, l’adoption d’une, puis deux filles, Jade et Joy. D’elle, il disait dans son autobiographie : « Je ne peux pas dire que Laeticia et moi on ne séparera jamais, parce qu’on ne peut pas jamais savoir ce genre de chose. Et puis, si c’est elle qui me quitte, et bien, je sais aussi que je ne me remarierai jamais. »

  • Mais qui est Lady Lucille ?

Enfin, il y a un amour mystérieux dans la vie de Johnny. « Lady Lucille », dont il parle dans une de ses chansons. Il écrit d’elle dans sa première autobiographe Destroy, « je la surnomme Lucille, comme la séductrice des Rocks Les Plus Terribles… Au temps de nos tendres années, Lucille et moi avons signé un pacte. Pas un pacte avec le diable. Un pacte avec une fée. Rien d’officiel. Tout dans le cœur… Elle est devenue une grande dame au talent immense, adulée et respectée. Mais même au somment d’une gloire internationale, elle n’a pas rejeté son rocker fou au cœur tendre… Pendant la crise de 1966, je me suis accroché à elle comme à une bouée de sauvetage. Après ma tentative de suicide, elle m’a aidé à remonter la pente. A l’époque, elle voulait vivre avec moi. J’ai refusé… Je venais juste de me réconcilier avec Sylvie… Nous nous sommes revus en tournée, au Japon, à Los Angeles. Toujours incognito. Une formidable amitié amoureuse baignée de tendresse et de nostalgie… » Plusieurs biographes ont reconnu Catherine Deneuve sous ces traits. Ils avaient joué ensemble dans Les Parisiennes en 1963. Johnny y promettait de « toujours laisser sa fenêtre ouverte, même en hiver… »