VIDEO Johnny Depp se défend d’avoir des problèmes avec l’argent

CINEMA Le comédien n'a pas la langue dans sa poche…

20 Minutes avec agences

— 

Johnny Depp en concert avec les Hollywood Vampires at Grona Lund

Johnny Depp en concert avec les Hollywood Vampires at Grona Lund — Emelie Andersson/WENN.com

Après sa rupture très médiatisée et controversée avec Amber Heard l’année dernière, Johnny Depp a décidé de tourner une autre page importante de sa vie. Au début de l’année, il a claqué la porte de son agence historique pour rejoindre une agence rivale. Claquement de porte encore une fois médiatisé, puisqu’il a donné lieu à un procès retentissant – dans l’industrie tout du moins. Johnny Depp a réclamé 25 millions de dollars aux responsables de The Management Group.

A post shared by johnny depp (@deppstagram) on

Une réclamation rejetée par l’agence, qui a à son tour accusé le comédien d’avoir, tout au long de sa carrière, dépensé sans compter. « Pourquoi ne m’ont-ils pas viré si j’étais si incontrôlable ?, s’est questionné en début de semaine Johnny Depp dans les pages du Wall Street Journal pour se défendre de ces accusations. J’ai bossé très dur, pendant de nombreuses années, et j’ai fait confiance à plein de gens. Certains d’entre eux m’ont clairement lâché. »

Le cas Depp

Ça n’a rien de nouveau, Johnny Depp est un cas à part dans l’industrie. Ses histoires d’amour tumultueuses – avec Kate Moss ou Winona Rider – ont défrayé la chronique il y a plus de vingt ans autant que ses histoires les plus récentes.

>> A lire aussi : Amber Heard est enfin officiellement divorcée de Johnny Depp

D’ailleurs, The Management Group n’a pas hésité à en remettre une couche après l’intervention de Johnny Depp dans le Wall Street Journal. « [Johnny Depp] est un menteur patenté qui refuse ses responsabilités face à sa conduite scandaleuse, et il force les gens à mentir pour lui », ont-ils publié dans un communiqué. 

1/3

A post shared by johnny depp (@deppstagram) on

De son côté, le comédien, histoire d’être fidèle à son image de sale gosse, a défendu son droit de dépenser son argent comme il l’entendait. « C’est mon argent… Si je veux acheter 15.000 boules de coton par jour, c’est moi qui décide », déclare ainsi également Johnny Depp au Wall Street Journal.