Paul McCartney sur la scène du Desert Trip en 2016
Paul McCartney sur la scène du Desert Trip en 2016 - WENN

Paul McCartney va devoir se montrer patient, c’est en tout cas ce qu’a estimé l’avocat de l’entreprise Sony/ATV contre laquelle l’ancien Beatles a porté plainte. Le chanteur souhaite récupérer les droits de plusieurs chansons coécrites avec John Lennon il y a plus de cinquante ans comme Yesterday, Hey Jude ou I Want To Hold Your Hand.

Comme le rapporte Reuters, l’avocat de la défense a estimé que Paul McCartney était allé trop vite en besogne. Une loi américaine, le 1976 Copyright Act, permet que les droits des créations faites avant 1978 soient retournés à leur créateur 56 ans après la première copie. Or, cette date-là tombe en octobre 2018 a fait remarquer l’avocat de Sony/ATV pour qui, de fait, le procès de Paul McCartney n’est pas justifié.

Une potentielle jurisprudence

L’avocat de Sony/ATV a demandé au juge d’annuler le procès en attendant une décision de la justice britannique concernant Duran Duran. Le groupe de new wave a réclamé à Gloucester Place Music, appartenant à Sony/ATV, les droits de ses trois premiers albums. La justice britannique a estimé qu’il s’agirait alors d’une rupture de contrat et a refusé, mais Duran Duran a fait appel.

>> A lire aussi : Une archive inédite des Beatles vient de faire surface

L’avocat de Sony/ATV estime que l’affaire de Paul McCartney tombe aussi sous le coup de la loi britannique. Le juge américain doit tenir une audience le 5 avril prochain pour répondre aux demandes de la maison de disques.

Mots-clés :