Miss Univers en France: Iris Mittenaere, reine de la diplomatie en conférence de presse

PEOPLE L'ex-Miss France, de passage dans l'Hexagone pour quelques jours, a donné une conférence de presse à Paris ce vendredi...

Fabien Randanne

— 

Iris Mittenaere, Miss Univers 2016, lors d'une conférence de presse à Paris, le 17 mars 2017.

Iris Mittenaere, Miss Univers 2016, lors d'une conférence de presse à Paris, le 17 mars 2017. — PATRICK KOVARIK / AFP

« Il y a beaucoup de choses qui me manquaient, notamment ma famille, les croissants, la gastronomie française, le fait de parler français. Donc je suis très contente d’être ici, c’est mon pays… » Elue Miss Univers fin janvier, Iris Mittenaere vit à New York et n’avait pas encore eu l’occasion de revenir en France. C’est chose faite depuis qu’elle a atterri à Roissy jeudi pour un séjour de cinq jours dans l’Hexagone, au planning bien chargé.

« Ma seule angoisse, c’était de savoir comment j’allais être accueillie : "Est-ce qu’ils vont être contents ? Est-ce qu’ils vont me dire que mon titre ne sert à rien ?" Et j’ai été encore mieux reçue que ce que je pensais. Des gens me disent qu’ils suivent mes journées sur les réseaux sociaux, que ça leur fait du bien. Je sais donc pourquoi je suis là », raconte-t-elle ce vendredi, lors de la conférence de presse qui se tient dans un hôtel de luxe à deux pas des Champs-Elysées.

« Mieux vaut ne pas répondre »

Les questions vont dans tous les sens. Qu’elle soit interrogée sur son plat philippin préféré (« la mangue séchée »), les stars hollywoodiennes qu’elle a déjà rencontré (« Gary Dourdan et Paris Hilton »), sa potentielle carrière au cinéma (« Je ne sais pas si je suis douée pour jouer la comédie, mais, surtout si je ne suis pas douée, ça pourrait être quelque chose de très drôle à voir ») ou ses dons pour le chant (« Je suis la seule, avec ma mère, qui pense que je chante bien »)… elle garde le sourire et fait montre d’un certain sens de l’à-propos.

Il n’y a que quand on lui demande son avis sur l’action du président philippin – le concours de Miss Univers avait lieu à Manille cette année - qu’elle élude le sujet. « Mieux vaut ne pas répondre », confirme Sylvie Tellier, la présidente du Comité Miss France qui n’est pourtant plus la chaperonne d’Iris Mittenaere, sous contrat américain depuis son sacre.

>> A lire aussi : Iris Mittenaere ne veut pas quitter son petit ami

Miss Univers 2016 est rompue aux pirouettes de la diplomatie. Invitée à trancher le débat « chocolatine versus pain au chocolat » qui oppose le Sud Ouest au reste de la France, elle se lance : « Aux Etats-Unis, ils disent "chocolate croissant" alors que ça n’a pas la forme d’un croissant ! A côté de ça, [le débat « chocolatine/pain au chocolat »] est bien futile ».

« Je suis très contente de rencontrer François Hollande »

Depuis son élection, Iris Mittenaere enchaîne apparitions médiatiques et actions associatives. Elle joue aussi son rôle d’ambassadrice tricolore. Par exemple en détrompant les étrangers qui imaginent que tous ses compatriotes portent des bérets ou que la météo est toujours maussade en France. « Je réponds qu’il ne fait pas plus froid qu’à New York et qu’on a du très beau temps, surtout dans le nord », s’amuse celle qui fut d’abord Miss Nord-Pas-de-Calais.

Peut-être parlera-t-elle de cumulonimbus et de précipitations avec François Hollande, à qui elle rendra visite ce vendredi au Palais de l’Elysée. « Je suis très contente de le rencontrer, assure-t-elle. Je ne suis pas présidente mais, avant d’être Miss Univers, j’ai été Miss France et je pense représenter mon pays à la même échelle. »

Iris Mittenaere se verrait-elle faire carrière dans la politique ? Réponse : « Je ne pense pas en avoir les capacités, ni avoir fait les études nécessaires pour cela. Je laisse ça aux personnes compétentes. » Même si elle vit de l’autre côté de l’Atlantique, elle s’intéresse à la présidentielle et estime que « c’est un devoir de voter ». Elle a confié son vote par procuration à sa mère et affirme n’être « pas sûre » encore de savoir à qui elle donnera sa voix. A moins que sa réponse ne soit que pure diplomatie.