Piratage: Emma Watson réclame justice

SCANDALE Ceux qui ont piraté son compte et publié des photos personnelles d’elle risquent gros…

20 Minutes avec agences

— 

Emma Watson à New York

Emma Watson à New York — Andres Otero/WENN.com

Emma Watson est en colère. Cette semaine, des photos d’elle privées ont commencé à circuler sur la Toile, plus exactement sur le « dark web », comme le rapporte le Guardian.

L’actrice, féministe et militante très active pour les droits des femmes, a décidé de porter l’affaire devant la justice. « Les photos volées ont été prises lors d’une séance d’essayage qu’Emma a eue avec une styliste il y a deux ans. Il n’y a pas de photos d’elle nue. Des avocats ont été engagés pour s’occuper de cette affaire et nous ne ferons pas d’autres commentaires », a fait savoir le porte-parole de la star.

Pas la première fois

Le piratage de comptes de stars afin de voler des photos intimes est le nouveau sport à la mode. De nombreuses célébrités en ont été victimes, et en majorité des femmes. Jennifer Lawrence avait notamment parlé de « viol » en découvrant que des photos d’elle nue circulaient, lors d’un entretien avec Vanity Fair. Elle avait d’ailleurs fait appel à la justice et son hacker a été condamné à 9 mois de prison.

Ce n’est pas la première fois qu’Emma Watson est confrontée à une telle situation. Lorsqu’elle avait lancé le mouvement HeForShe, qui lutte pour l’égalité des genres, elle avait été menacée sur les réseaux sociaux.

>> A lire aussi : Emma Watson sacrée femme de l’année aux Elle Style Awards

Suite au discours qu’elle avait tenu aux Nations Unies pour défendre la place de la femme dans la société, certains affirmaient être en possession de photos d’elle nue et qu’ils n’hésiteraient pas à les diffuser si elle continuait son combat.

#internationalwomensday

A post shared by Emma Watson (@emmawatson) on

« A la minute où je me suis levée pour parler des droits des femmes, j’ai tout de suite été menacée, en moins de 12 heures, j’ai reçu des menaces », avait d’ailleurs raconté Emma Watson, qui a bien raison de ne pas se laisser intimider.