Michel Polnareff à Montluçon (Allier), le 20 juin 2015.
Michel Polnareff à Montluçon (Allier), le 20 juin 2015. - AFP

L’autobiographie s’intitule Spèrme, comme une contraction de « père » et « sperme ». Un titre iconoclaste, à l’image de son auteur, Michel Polnareff. Dans cet ouvrage qui paraîtra jeudi chez Plon, le chanteur règle ses comptes et ose parfois laisser sa pudeur au vestiaire.

« Mon but dans l’existence c’est d’être tout le contraire de mon père »

« Mon père m’a mené la vie dure et m’a refusé l’enfance », affirme l’interprète d’Ame câline, qui décrit un géniteur violent et tyrannique. « Aujourd’hui mon père aurait fait de la prison pour ce qu’il m’a infligé », avance l’artiste.

« Mon but dans l’existence c’est d’être tout le contraire de mon père », écrit celui qui, à 71 ans, est papa d’un garçon de 5 ans, Louka. Dans Spèrme, il revient sur les circonstances de sa naissance - « J’ai instinctivement su comment agir » - et sur le « choc » qu’a été la découverte qu’il n’en était « pas le géniteur ». « L’enfant n’était pas de moi mais d’un donneur de sperme », explique Polnareff qui raconte sa « colère ».

>> A lire aussi : Michel Polnareff va sortir son autobiographie intitulée «Spèrme»

« J’aime énormément Mylène Farmer »

Le chanteur a pardonné à sa compagne Danyellah « ce choix malheureux qu’elle a fait de me donner un enfant à tout prix ». « Elle a commis une maladresse », balaie l’auteur de Lettre à France, qui ne se remet jamais en question au fil des pages.

L’interprète de Je suis un homme lève aussi le voile sur sa vie sexuelle et insiste sur le fait qu’il n’est pas gay. « Quand je dis "Je suis un homme", "suis" est du verbe être, pas du verbe suivre », écrit-il. « J’ai été un homme à femmes. Aujourd’hui, je suis l’homme d’une seule », jure-t-il en revanche.

« Le seul chanteur en France avec lequel j’ai vraiment partagé quelque chose c’est Johnny Hallyday », écrit celui qui « aime énormément Mylène Farmer » et est « très ami avec Quincy Jones ». En revanche, il n’a pas de mots assez durs pour son ex-homme de confiance, l’homme d’affaires Bernard Seneau qui l’a ruiné, ou envers « l’escroc des stars » Christophe Rocancourt qu'« une poubelle ne voudrait pas pour sac ».

Michel Polnareff dit préparer un nouvel album et a prévu de remonter sur scène fin avril : « Ma source n’est pas tarie. »

Mots-clés :